Opinions

La riposte de l’industrie marocaine

Joseph Valleau. Directeur des ventes d’Epson Afrique du Nord & Dom-Com

La restructuration de l’industrie et la robotique pourraient notamment aider à relocaliser la production pharmaceutique et agricole, sécurisant ainsi la supply chain au Maroc.


La robotique, pierre angulaire de la relocalisation
Cette pandémie a mis en évidence la dépendance de quelques pays à la production ; lorsque les supply chains de ces pays s’effondrent, c’est l’ensemble de la planète qui est confronté à une pénurie d’approvisionnement. La forte dépendance d’industriels marocains à l’égard de certains fournisseurs étrangers rend la tâche ardue. En relocalisant la production, ces défis peuvent être limités en cas de crise future. La relocalisation et le développement de la production locale sont conformes aux programmes de transformation du Maroc, car ils permettraient à l’industrie manufacturière de stimuler une croissance économique diversifiée et de créer des emplois. D’autant plus que le Maroc, fort d’une soixantaine d’accords de libre-échange – notamment avec l’Europe et les États-Unis – dispose d’atouts de taille à faire valoir pour séduire les opérateurs et investisseurs étrangers. Son positionnement stratégique permet de raccourcir les circuits logistiques avec l’Union européenne et de réduire l’empreinte carbone. Sans oublier son potentiel d’innovation scientifique et technologique, que la pandémie de Covid-19 a révélé. La robotique automatisée est alors appelée à jouer un rôle majeur dans le soutien à la relocalisation et à la fabrication locale. La robotique automatisée étant devenue plus accessible et plus abordable, elle est maintenant idéale pour les petites entreprises, les fabricants et l’industrie agricole.

La collaboration homme-robot
Dans les usines, les robots pourraient entre autres permettre d’améliorer la production de médicaments et d’équipements de protection individuelle. Dans la production agricole, ils pourraient aider à planter, surveiller et récolter les cultures de manière plus sûre, plus rapide et plus efficace. Certains experts de l’industrie s’attendent à ce que les robots assument des tâches difficiles, pénibles ou répétitives, en travaillant aux côtés d’opérateurs humains pour augmenter la production, libérer le temps précieux des employés et offrir davantage d’opportunités commerciales. La robotique permet la création de nouveaux emplois domestiques par le biais de la relocalisation, car les entreprises «ramènent» leur production et distribution chez elles.

En outre, une nouvelle filière d’emplois et de possibilités de carrières dans les domaines de la programmation, de l’ingénierie, de l’Intelligence artificielle (IA) et de la technologie pourrait être créée, les parcs de robots devant être programmés et gérés. En libérant des ressources humaines précieuses, les entreprises et organisations pourraient reformer leur personnel dans des domaines qualifiés et spécialisés. L’utilisation de la cobotique (ou «robotique collaborative», dont le principe est de combiner la précision du robot avec l’expérience humaine) peut, au final, se traduire par une main-d’œuvre domestique mieux rémunérée et hautement qualifiée.

En conclusion, le Maroc déploie des efforts importants dans le domaine de la robotique avec l’organisation de championnats nationaux de robotique, la mise en place de formations et certifications… Toutefois, il est temps que les industriels marocains appréhendent véritablement ces enjeux et adoptent une réelle stratégie en termes de robotique avancée pour stimuler l’innovation, soutenir la reprise des activités, et, in fine, transformer le Maroc en hub industriel. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page