Culture

La musique hassanie se distingue à Paris !

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Bonne nouvelle pour la musique hassanie: le Prix des Indés, dédié à la musique indépendante, a été décerné lundi 16 octobre à la Cigale à Paris aux formations Group Doueh et Cheveu pour leur album commun, «Dakhla Sahara Session», sorti en Europe en février 2017 et coproduit par le programme Hassani Music et le label français Born Bad Records. L’album se distingue dans la catégorie Album audacieux.


Album jugé audacieux par leurs pairs, Group Doueh et Cheveu ont été consacrés lundi soir au Prix des Indés à la Cigale de Paris. Audacieux est bien le mot pour décrire cette belle aventure musicale: fruit d’une rencontre exceptionnelle, l’album «Dakhla Sahara Session» a été enregistré dans cette même ville en seulement 15 jours. La guitare de Doueh, habitée par des influences multiples, et Halima Jakani, la chanteuse à la voix sublime, donnent naissance à ce projet avec l’aide de l’univers décalé Punk-Pop-Electro de Cheveu, groupe parisien.

Le résultat est bluffant et l’album séduit à l’international. Ce projet a reçu un accueil extrêmement positif de la part de la presse, et le groupe a présenté l’album à l’occasion d’une grande tournée européenne cet été. Devant plus de 300 professionnels de la musique et des médias, le groupe a reçu le prix des mains de Leïla Kaddour, présentatrice vedette du journal de 20H de France 2 et du magazine culturel Culturebox sur FranceInfo TV. Trois ans après une première rencontre à l’Institut de Monde Arabe à Paris, Group Doueh, formation sahraouie originaire et établie à Dakhla, menée par le guitariste Baamar Selmou et sa chanteuse emblématique Halima Jakani, et le trio punk français Cheveu reviennent dans la capitale française pour recevoir le Prix des Indés à la Cigale. Le trio était allé à la rencontre de Group Doueh en janvier 2016 à Dakhla pour enregistrer 10 morceaux en seulement 15 jours. Suite à la sortie de l’album en février 2017, ce combo maroco-français entame une grande tournée européenne avec, entre autres, la Villette Sonique à Paris, les Eurockéennes de Belfort, la Fête de la musique à l’Institut du Monde Arabe -à l’invitation de son président Jack Lang- Les Nuits sonores de Lyon, Le Roskilde Festival de Copenhague au Danemark, le Dour Festival en Belgique et plus d’une trentaine de concerts durant l’été 2017. Ils ont clôturé leur tournée estivale de façon triomphale lors d’un concert à la Fête de l’Humanité à Paris le 16 septembre dernier. Group Doueh a joué aux États-Unis et en Europe dès 2008 après avoir été découvert à l’occasion du Festival mer et désert de Dakhla en 2007. Ce quatuor propose une musique traditionnelle hassanie électrisée.

La chanteuse Halima Jakani, fille et petite-fille de chanteuse, est aujourd’hui reconnue au-delà des frontières comme l’une des plus belles voix sahraouies de ces 20 dernières années. Baamar Selmou, surnommé Doueh, son mari guitariste, a su réinventer le jeu saharaoui et en faire le catalyseur d’influences africaines et occidentales, en intégrant des arpèges électriques aux accents Pop, Folk, Blues issus de ses influences musicales (Elvis Presley, Jimi Hendrix, James Brown). «Ce qui fait que cette musique hassanie est aujourd’hui mélangée à des éléments modernes pour toucher un public plus large, pas seulement oriental ou maghrébin»,  explique-t-il. Guitariste hors pair, Doueh est capable de jouer des solos hypnotiques, parfois même avec une pédale wah-wah, un vrai guitar hero du désert en somme. À mi-chemin entre le Punk, la Pop et l’Electro, le trio parisien Cheveu existe depuis 2003 et a à son actif 4 albums, tous salués par la presse musicale, de Londres à Madrid en passant par New York et Tokyo. Ils ont souhaité sortir de leur zone de confort et s’ouvrir à des sonorités dont ils ignoraient tout avant cette rencontre et, ainsi, offrir à cette création de nouveaux horizons. Ce lundi, la rencontre s’est vue célébrée par la profession. Le Prix des Indés est le premier prix européen dédié à la musique indépendante. Il a été créé en 2016 par une trentaine de labels et de producteurs indépendants soucieux de fédérer autour de valeurs propres à l’ensemble de la filière de la musique indépendante. À l’heure où l’industrie musicale mondiale connaît des changements majeurs, le nombre de labels n’a jamais été aussi important, et c’est la raison pour laquelle il a été décidé de braquer les projecteurs sur les artistes et labels émergents. La cérémonie a été diffusée en direct sur plusieurs sites web européens, dont celui de FranceInfoTV. Elle sera diffusée sur les chaînes France 4 et TV5 courant novembre   ainsi que sur les antennes de Radio France.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page