Éco-Business

Efficacité énergétique : Rebbah veut créer un centre d’excellence

S’exprimant lors de la conférence internationale organisée par l’Agence internationale de l’énergie sur l’efficacité énergétique à Paris, le ministre de l’Énergie, des mines et du développement durable a fait part de la disposition du Maroc à créer avec l’Agence un centre d’excellence en faveur des pays africains.

Le ministre de l’Énergie, des mines et du développement durable, Aziz Rebbah a fait part, jeudi à Paris, de la disposition du Maroc à créer avec l’Agence internationale de l’énergie (AIE) un centre d’excellence sur l’efficacité énergétique en faveur des pays en développement notamment africains. S’exprimant lors de la conférence internationale organisée par l’AIE sur l’efficacité énergétique, Rebbah a également affirmé que le royaume est disposé à partager avec l’Agence son expérience plus particulièrement en matière d’électrification du monde rural en faveur des pays africains dont certains ont besoin de développer les services de base.


Le ministre a aussi évoqué certains défis que doivent relever les pays en développement notamment en Afrique, citant, entre autres, la part en termes de recherche -développement et les technologies à adopter dans le domaine énergétique. Rebbah a, en outre, abordé la coopération entre le Maroc et plusieurs pays dans le domaine énergétique, qui s’est traduite par plusieurs projets dont l’interconnexion avec l’Europe via l’Espagne, faisant savoir que le royaume étudie des projets de connexion avec des pays africains. Le ministre a, par ailleurs, donné un aperçu sur l’expérience marocaine en matière d’efficacité énergétique et l’évolution du secteur grâce à la vision de SM le Roi Mohammed VI. «Il s’agit d’une stratégie volontariste visant à sécuriser l’approvisionnement du marché, pérenniser l’accès à l’électricité, réussir la transition et à réduire la facture et la dépendance énergétique», a ajouté le ministre. Mettant aussi l’accent sur la stratégie nationale de développement durable Aziz Rebbah a, à cet égard, rappelé l’objectif de porter la part des énergies renouvelables dans le mix-électrique national à 42 % à l’horizon 2020 et à 52 % à l’horizon 2030, faisant savoir que l’efficacité énergétique concerne plusieurs secteurs dont le transport, le bâtiment, l’industrie et l’agriculture. Le Maroc, soucieux de respecter ses engagements internationaux, oeuvre aussi à développer des activités industrielles autour de l’efficacité énergétique à travers la création d’entreprises spécialisées dans ce secteur et qui constituent une niche économique créatrice d’emplois et de valeur ajoutée. À signaler qu’en marge de cette conférence, Rebbah a eu des entretiens avec certains de ses homologues qui ont également pris part à cette rencontre, des entretiens axés sur le développement de la coopération bilatérale dans le domaine énergétique.

Par ailleurs, la veille de la conférence, soit le mercredi 28 juin, le Maroc et l’AIE ont signé un programme d’action pour une durée de trois ans dans le but d’approfondir la coopération bilatérale dans les domaines de la sécurité énergétique, des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, du renforcement des capacités et des données et statistiques. Signé par Aziz Rebbah et le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol, ce programme vise à répondre aux besoins spécifiques du Royaume, devenu membre associé de l’Agence en novembre 2016, en matière de transition vers une économie à bas carbone. Dans le cadre de ce programme, le secrétariat de l’AIE et le ministère de l’Énergie, des mines et du Développement durable travailleront en étroite collaboration pour atteindre les objectifs ambitieux énoncés dans le plan énergétique à long terme du royaume. «Ce programme conjoint de travail vise à promouvoir les relations de longue date entre l’AIE et le Maroc et consolidera le partenariat entre les deux parties pour un avenir énergétique plus durable et plus sûr», a déclaré Birol, se félicitant du leadership et de l’engagement du Maroc en matière de développement des énergies renouvelables.

À rappeler que le Maroc est devenu le premier pays de la région MENA à bénéficier du statut de membre associé de l’AIE, permettant ainsi à l’Agence de s’ouvrir aux économies émergentes.Le Maroc possède de nombreuses sources d’énergie renouvelable, principalement les énergies solaire, éolienne et hydroélectrique, et est un leader régional dans le développement de technologies énergétiques propres, a indiqué un communiqué de l’AIE dans lequel il est également relevé que le gouvernement marocain poursuit une politique visant à réduire sa dépendance à l’égard des combustibles fossiles importés et à accroître la part des énergies renouvelables. Le communiqué a notamment rappelé à ce titre que le royaume a été parmi les premiers pays de la région MENA à réduire les subventions aux combustibles fossiles et à introduire des mesures d’efficacité énergétique. Rappelons que la collaboration de l’AIE avec le Maroc a débuté en 2007, en particulier dans les domaines de la politique énergétique, des statistiques et de la recherche -développement. Deux ans plus tard, en 2009, le gouvernement a adopté une stratégie énergétique nationale, établissant des objectifs clairs pour le développement de l’énergie éolienne, solaire et hydroélectrique. Le nouveau programme s’insère dans cette démarche stratégique. Il est en effet conçu pour soutenir le Maroc dans la mise en œuvre de sa stratégie énergétique, y compris l’orientation et l’assistance sur les meilleures pratiques et technologies qui aideront le Royaume à atteindre ses objectifs énergétiques propres.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page