Éco-Business

Conférence mondiale ”Villes & Ports” : Tanger, futur “Davos de la mer”

Selon Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur chargé des pôles et des enjeux maritimes, et envoyé spécial du président de la République française pour l’organisation du «One Ocean Summit», des réflexions sont en cours pour instituer à Tanger l’organisation annuel d’un sommet qui fera de la Ville du détroit, le futur «Davos de la mer».

«Pour nous, le Maroc est un partenaire essentiel dans la réflexion sur la mer. D’où l’idée d’essayer de construire avec le Royaume, à Tanger, une sorte de Forum de Davos de la mer. Ce sera l’occasion, tous les ans, pour celles et ceux qui veulent réfléchir à la mer de demain de se retrouver». Ces propos sont d’Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur chargé des pôles et des enjeux maritimes, et envoyé spécial du président de la République française pour l’organisation du «One Ocean Summit».


Il était l’un des invités de marque de la 17e édition de la Conférence mondiale «Villes & Ports» qui vient de se tenir du 10 au 13 mai courant, à Tanger. Une manifestation organisée par l’Association internationale des villes portuaires (AIVP), en partenariat avec la Société d’aménagement de la zone portuaire de Tanger ville (SAPT), et qui a choisi cette année la ville du Détroit pour son grand rassemblement.

L’idée de faire de cette ville le futur Davos de la mer a été largement débattue avec les autorités locales. «C’est la discussion que j’ai eue avec les responsables de Tanger Med et le wali et que le président Emmanuel Macron aura, je l’espère, bientôt avec le Roi Mohammed VI», fait savoir Olivier Poivre d’Arvor.

Le phare Tanger Med
Si Tanger est à ce point plébiscité par les acteurs de la mer, c’est parce que la ville s’est imposée de manière durable sur la carte maritime mondiale. La reconversion du port historique de Tanger Ville est passée par là, mais aussi et surtout, la percée fulgurante du Port Tanger Med, désormais première plateforme portuaire du pourtour méditerranéen, sur le continent africain.

«Il y a vingt ans, quand la décision a été prise de construire le port de Tanger Med, ça paraissait fou à l’époque. Et pourtant, c’était la décision qu’il fallait prendre. Et aujourd’hui, les progrès économiques du Maroc doivent beaucoup à cette vision », constate Olivier Poivre d’Arvor. L’envoyé spécial du président de la République française n’est pas le seul à le dire. De nombreux responsables politiques, économiques et grands acteurs de la mer font le même constat. C’est notamment le cas de plusieurs responsables portuaires africains qui ont pris part aux travaux de cette 17e édition de la Conférence mondiale «Villes & Ports».

«Le Sénégal est en train de construire le Port multifonctionnel de Ndayaane, et sur ce plan, nous estimons que Tanger Med peut être un benchmark de premier plan pour nous», déclare Moussa Sy, président du conseil d’administration du port autonome de Dakar.

Un patrimoine de 24.000 milliards de dollars
En sus du rayonnement des ports marocains, il a été beaucoup question, durant les discussions de la conférence, d’allier développement des villes portuaires et respect de l’environnement.

«Il est impossible de mener à bien le programme de développement durable de l’ONU si nous faisons l’impasse sur la protection des océans et si nous ne sommes pas capables de définir des stratégies pour une utilisation équilibrée de leurs abondantes ressources», note l’Association internationale des villes portuaires (AIVP).

Il est à rappeler que selon les Nations Unies, le chiffre d’affaires annuel de l’économie des océans est évalué entre 3.000 et 6.000 milliards de dollars, tandis que l’ONG environnementale WWF a estimé le patrimoine océanique mondial à au moins 24.000 milliards de dollars.

Nizar Baraka
Ministre de l’Equipement et de l’Eau

«Le Maroc ambitionne d’adopter une stratégie nationale de l’économie bleue durable et inclusive, adaptée aux vocations régionales et déployée autour des secteurs économiques traditionnels (pêche, tourisme et activités portuaires), tout en développant de nouveaux secteurs porteurs à fort potentiel de croissance (aquaculture, écotourisme, biotechnologies, construction navale…)».

Édouard Philippe
Ancien premier ministre français et président de l’AIVP

«L’objectif que nous partageons est clair : assurer la prospérité de nos villes portuaires et leur exemplarité en termes d’empreinte environnementale, ce qui implique que les villes, les ports et tous les acteurs de la mer s’entendent pour que les activités portuaires continuent à se développer sans menacer notre poumon bleu qu’est l’océan».

Mohamed Ouanaya
PDG de la Société d’aménagement du Port de Tanger Ville

«Le projet de reconversion de la zone portuaire de Tanger Ville, initié par SM le Roi, a pour objectif de permettre à la ville du Détroit de se positionner en tant que destination phare du tourisme de croisière et de plaisance à l’échelle internationale, d’y créer un lieu de vie pour tous et de le faire dans le respect de la riche histoire du lieu».

Abdellah Benahmed / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page