Éco-Business

Année internationale du tourisme durable : Le Maroc dévoile son plan d’action

La célébration sera faite à travers une large campagne de sensibilisation de tous les acteurs via la plateforme www.tourismedurable.ma où chacun pourra accéder pour signer la Charte marocaine du tourisme durable et en une caravane de la durabilité qui sillonnera les différentes régions du royaume pour faire adhérer le maximum possible de professionnels.


C’est parti : le Maroc a officiellement commencé à célébrer l’année internationale du tourisme durable. L’événement sera jalonné de plusieurs actions de sensibilisation pilotées par le ministère du Tourisme durant tout le reste de l’année 2017 partout sur le territoire national. Il a été lancé en grande pompe, lundi 20 mars à Rabat, par Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, ministre du Tourisme par intérim et Zhu Shaozhong, directeur exécutif de l’Office mondial du tourisme (OMT), lors de la 2e édition de la journée nationale du tourisme durable. Un cadre que le Maroc a sciemment conservé pour lancer un message à la Communauté internationale, largement représentée avec des participants venus des quatre coins du monde. En effet, le Maroc n’a pas attendu que l’ONU décrète 2017 année internationale du tourisme durable pour s’y mettre.

D’ailleurs, comme l’a rappelé Aziz Akhannouch dans son allocution d’ouverture des travaux ,«la journée nationale du tourisme durable est une initiative qui en est à sa deuxième édition. Tandis que cet après-midi, nous connaîtrons les lauréats de la 7e édition des trophées marocains du tourisme durable. Ceci, sans oublier l’importante initiative que nous avons lancée durant la COP22 à Marrakech, qui a notamment consisté à inscrire le tourisme durable dans l’Agenda 2030 de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques». Abondant dans le même sens, Zhu Shaozhong a remercié le Maroc pour son double rôle d’instigateur de la Charte africaine du développement durable paraphé par 25 pays lors de la COP22 et de porte-drapeau du continent africain pour la célébration de l’année internationale du tourisme durable.

Un challenge continental !
S’adressant aux représentants d’organismes publics chargés de la gestion du secteur touristique, il a révélé que «le tourisme durable est une occasion unique d’installer les bases d’un développement inclusif et c’est tout de suite qu’il faut s’investir puisque le secteur comptera 1,8 milliard de touristes en 2030, dont un bon pourcentage viendra en Afrique. Pour se préparer à la montée en charge de cette demande, il faut développer le monitorage en matière de gestion des ressources».

Autrement dit, le Secrétaire exécutif de l’OMT a saisi l’occasion pour demander aux pays africains d’instituer des mesures d’impact du changement climatique sur leur secteur respectif du tourisme, ce que le Maroc a déjà commencé à travers le lancement d’une étude d’impact dont les résultats seront connus prochainement. «On a 10 hôtels pilotes à Marrakech qui se sont engagés dans la démarche carbone. Les résultats que nous tireront de ces expériences nous permettront de faire des recommandations à l’ensemble», a révélé à l’assistance Nada Roudies, secrétaire générale du ministère du Tourisme, lors du premier panel de la journée. C’est elle qui a également dévoilé le plan d’actions que le ministère du Tourisme et les professionnels entendent dérouler pour célébrer l’année internationale du tourisme durable. Celui-ci consistera en une large campagne de sensibilisation de tous les acteurs à travers la plateforme www.tourismedurable.ma où chacun pourra accéder pour signer ladite Charte marocaine du tourisme durable et en une caravane de la durabilité qui sillonnera les différentes régions du royaume pour faire adhérer le maximum possible de professionnels à cette charte.

Le ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle, MASEN, l’Office national des chemins de fer, l’Office national marocain du tourisme, la Société marocaine d’ingénierie touristique, la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, Royal Air Maroc, la Confédération nationale du tourisme… Tous ont accepté d’être mis à contribution. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page