Oriental

Les projets structurants de la région

L’Oriental s’est doté ces dernières années de plusieurs projets structurants qui ont renforcé l’attractivité de la région et dynamisé son économie. Tour d’horizon.


Tourisme
Saïdia, atout de taille
Inauguré en juin 2009 par le souverain, Mediterrania Saïdia, qui abrite l’un des plus grands ports de plaisance de toute la Méditerranée, a donné un véritable coup de boost à la région. La station, qui a pour ambition de révolutionner le tourisme balnéaire dans l’Oriental, profite d’un ensoleillement moyen d’environ 300 jours par an et d’un climat doux quasi-constant. À moins de trois heures de vol des principales capitales européennes, Mediterrania Saïdia est desservie par trois aéroports internationaux (Oujda-Angad, Nador El Aroui et Melilla). Elle offre une variété d’activités sportives et de loisirs, ainsi qu’une composante hôtelière et résidentielle diversifiée. 2 hôtels 5*, 7 hôtels 4*, 8 résidences touristiques, 12 villages de vacances touristiques, 12.705 lits résidentiels répartis entre appartements et villas, une Marina de 1.350 anneaux d’accostage, 3 terrains de golf de 18 trous chacun…La station ne manque pas d’atouts pour drainer les touristes. Certes, Mediterrania Saïdia a connu plusieurs difficultés, et les choses commencent à rentrer dans l’ordre. La Société de développement Saïdia (SDS) planche en effet sur un nouveau plan de développement stratégique de la station.

Marchica
Méga-projet urbain et touristique
C’est un méga-projet d’aménagement urbain et touristique. Le projet d’aménagement du site de la lagune de Marchica, l’une des plus grandes lagunes de la rive sud de la Méditerranée, avec une superficie de 115 km², a pour but de valoriser les richesses naturelles de la région de Nador à travers la réalisation de sept cités thématiques autour de la lagune. En effet, requérant un investissement de 49 MMDH, cette méga-station comprend sept zones sur 19.000 hectares (Cité d’Atalayoun, Cité des deux mers, Nouvelle ville de Nador, Village des pêcheurs, Baie des flamands, Marchica sport et Vergers de Marchica) abritant une panoplie d’équipements, en l’occurrence, des complexes résidentiels, des hôtels, une académie de golf, des infrastructures de sport et de loisirs, des ports et des espaces pour des activités socioéconomiques. Lancé en juillet 2009 par le souverain, ce méga-projet contribuera à promouvoir le développement économique et social de la région à travers la création de richesses, la promotion de l’emploi et la protection des ressources naturelles et de la biodiversité de la lagune.

Technopole d’Oujda
Un cluster de compétitivité
S’inscrivant dans le cadre des actions stratégiques visant le développement territorial et la promotion de l’investissement dans la région, la technopole d’Oujda est un concept innovant pour une nouvelle génération de parcs industriels qui offre une batterie de services (lots de terrains équipés, unités prêtes à l’emploi, plateaux de bureaux ; formation professionnelle, guichet unique, logistique et maintenance, banque, poste, douane, etc). Elle positionne l’Oriental sur des activités à fort potentiel de croissance, découlant des principales stratégies sectorielles nationales. Énergies renouvelables et efficacité énergétique, offshoring, industries propres, logistique, recherche & développement…La technopole d’Oujda abrite en effet six pôles qui se structurent autour de son positionnement multisectoriel et qui visent le renforcement de la compétitivité régionale : CleanTech, Zone PME/PMI, Retail park, Services & offshoring, Zone logistique, Campus du savoir…Le projet générera, à terme, 15.000 emplois directs et ciblera le marché local (rôle d’amorçage) et les marchés internationaux, principalement la zone MENA et l’Europe.

Agropole de Berkane
L’agro-industrie relancée
Pôle de regroupement de l’offre, de la production et de la transformation dans les filières des fruits et légumes et de la viande, l’Agropole de Berkane est une déclinaison régionale des stratégies nationales «Plan Maroc Vert» et «Émergence». Il s’inscrit dans le cadre de la politique visant à multiplier les pôles de compétences dans les différentes régions du royaume. L’objectif étant de créer une plateforme régionale de référence pour le regroupement, la commercialisation, la transformation et la distribution des produits agricoles pour une valorisation desdits produits agricoles et une professionnalisation des agriculteurs aux standards internationaux. Il cible en effet les activités relatives à la transformation agroalimentaire, les stations de conditionnement, les activités tertiaires, la logistique et la mise en marché, la formation et la recherche & développement. Pour mener à bien ce projet, toutes les parties prenantes (ministères de l’Intérieur ; de l’Économie et des finances ; de l’Agriculture et de la pêche maritime ; de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique ; l’Agence de l’Oriental ; le Conseil régional ; la Wilaya ; la province de Berkane et la Commune rurale de Madagh).

Rocade méditerranéenne
La voie est libre
Alors qu’il fallait 12 heures de route pour aller de Tanger à Oujda, la Rocade méditerranéenne a permis de gagner presque 5 heures et de relier aisément les provinces de Tanger, Tétouan, Chefchaouen, Al Hoceïma, Nador et Berkane. Elle compte 250 km de routes existantes entièrement réaménagées et équipées ainsi que de 300 km de nouvelles routes. Lesdites nouvelles routes permettent de relancer le développement économique et social de toute la région ainsi que le développement de nouveaux centres urbains sur la côte. Il favorisera également l’activité maritime en améliorant le rendement des ports sur la Méditerranée. Il est un formidable atout pour le développement touristique local car il permet la mise en valeur des sites, avec 200 km de côtes parcourues et de nombreux sites montagneux exceptionnels. Il est à noter que ce méga-projet a nécessité un investissement de 7,2 MMDH.

Nador West Med
Un complexe stratégique
Grand complexe portuaire, énergétique et industriel misant sur le transbordement pétrolier pour la Méditerranée, Nador West Med est une composante principale de la nouvelle stratégie portuaire de l’Oriental. Érigé sur une superficie de 850 ha, il constituera à terme une méga-plateforme de stockage de produits pétroliers pour approvisionner non seulement le Maroc mais aussi les pays de la région. En complémentarité avec Tanger Med, Nador West devra permettre au Maroc de se positionner à l’échelle régionale pour capter les opportunités offertes par l’évolution du trafic international, notamment des hydrocarbures, des conteneurs et des marchandises. Le projet, qui devrait donner à la région une grande capacité commerciale, logistique et énergétique, se compose de deux pôles principaux. Le premier est un grand port en eau profonde doté de capacités importantes pour le transbordement des conteneurs, le développement d’un pôle énergétique (traitement, conditionnement, stockage des hydrocarbures) et le traitement des produits en vrac, notamment le charbon. Le second, quant à lui, est une plateforme industrielle intégrée ouverte aux investisseurs de renommée, et destinée à abriter les métiers mondiaux du Maroc, qui sera réalisée en partie sur une zone franche de 1.500 ha et en partie sur une zone de développement adjacente. Le coût prévisionnel de la première phase qui s’étale sur 5 ans, s’établit à 5,9 MMDH.

Centrale d’Aïn Beni Mathar
Produire l’énergie autrement
La centrale thermosolaire à cycle combiné d’Ain Beni Mathar est la première du genre au Maroc. Elle s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale pour le développement d’énergies renouvelables respectueuses de l’environnement et la mise en valeur des ressources énergétiques pour la production de l’électricité au moindre coût, efficacement et durablement. Installée sur une superficie de 160 ha, la centrale est composée de deux turbines à gaz fonctionnant au gaz naturel, une turbine à vapeur, deux chaudières de récupération, un champ et un échangeur solaires. Elle assure la collecte de l’énergie solaire au niveau des miroirs cylindro-paraboliques et permet d’augmenter le débit de vapeur produit au niveau des chaudières de récupération. La vapeur produite dans les deux chaudières de récupération est détendue dans la turbine à vapeur à trois corps (Haute, moyenne et basse pression). Les rejets liquides de la centrale sont récupérés, traités et stockés dans un bassin d’évaporation étanche de 6 hectares. L’énergie produite est évacuée vers les postes d’interconnexion d’Oujda et de Bourdim via trois lignes de 225 kV.

Parc de Selouane
Coup de pouce à l’industrie
Projet généraliste intégré, le parc industriel de Selouane est destiné à la valorisation de la production industrielle et vise à renforcer le potentiel industriel et de services de la région. L’aménagement, la commercialisation et la gestion du parc sont confiés à la Société d’aménagement du parc de Selouane (SAPS) détenue par MEDZ à hauteur de 68% et par la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Nador à hauteur de 32%. Ce parc de nouvelle génération sera destiné à accueillir les industries propres. Il s’agit de PME/PMI actives dans les secteurs des industries légères et des technologies à forte valeur ajoutée, des industries peu polluantes, de la logistique industrielle ainsi que des services supports à l’industrie (maintenance, bureaux d’études, assurances, etc.). L’offre s’articule autour de zones industrielle, logistique, de services de support et d’une pépinière d’entreprises. Les différentes composantes s’étalent sur une superficie de 52 ha : Zone industrielle PME/PMI ; Zone à traitement différentié ; Zone commerciale et d’exposition ; Zone de services ; Zone de recherche & développement ; Nador Business Incubation Center.

Urba Pôle d’Oujda
Projet multifonctionnel
Renforcer le potentiel régional en matière d’immobilier professionnel et résidentiel, d’hôtellerie et de commerce, c’est l’objectif de l’Urba Pôle d’Oujda. Ce grand projet urbain multifonctionnel intégré s’inscrit dans une démarche de restructuration du centre-ville d’Oujda et permettra de doter la ville d’un grand projet urbain structurant, susceptible de marquer le début d’une nouvelle dynamique urbaine. Ledit projet vise la création d’un pôle intégrant une nouvelle gare ferroviaire d’une capacité de 8 millions de passagers, des espaces de bureaux et de commerce, des quartiers résidentiels, des infrastructures hôtelières, touristiques, de loisirs et d’animation, des équipements publics et socioculturels…Sur une superficie de plus de 35 hectares, la réalisation de l’Urba Pôle d’Oujda s’étale sur quatre phases distinctes. Résidentiel haut standing, commerce et bureaux ; le Centre multifonctionnel de la gare qui comprend un complexe commercial et de loisirs et un hôtel ; le Quartier de la gare et le Parc habité (immobilier résidentiel, commerces de proximité, équipements socioculturels…). 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page