Oriental

Agriculture : Cap sur une production diversifiée

L’Oriental occupe une bonne position en matière de production agricole, notamment sur le plan des agrumes, des maraîchages, des olives et des produits de l’élevage d’ovins. Cette position sera renforcée davantage grâce notamment au pôle agro-alimentaire de Berkane qui permettra à la région de moderniser et diversifier son agriculture.


Le secteur agricole est l’un des secteurs prometteurs de la région. Selon les données du Haut-commissariat au plan, la superficie agricole utile y est estimée à 748.000 hectares, soit 8,3% de la superficie agricole utile nationale. Toutefois, la superficie des terres irriguées ne dépasse pas les 107.000 hectares, soit 14,3% de la superficie totale des terres agricoles. Globalement, l’Oriental occupe une bonne position en matière de production agricole, notamment sur le plan des agrumes, des maraîchages, des olives et des produits de l’élevage d’ovins. Cette position sera renforcée davantage par le pôle agro-alimentaire de Berkane. Celui-ci permettra à la région de moderniser et diversifier son agriculture et de mieux valoriser et commercialiser ses produits agricoles (viandes rouges, olives et huiles, nèfles, dattes, etc.)

Production variée
Côté production agricole, la culture céréalière occupe près de 332.000 hectares et enregistre une production totale de près d’1,7 million de quintaux. Elle est constituée du blé dur, du blé tendre, de l’orge, de l’avoine et du maïs. L’orge est de loin la céréale la plus cultivée dans la région. En effet, la culture de l’orge a occupé 48% de la superficie destinée à la culture des céréales et a constitué 57% de la production céréalière dans la région. Le rendement des céréales au niveau de la région de l’Oriental, atteignant près de 5,1 qx/ha, demeure très faible par rapport à la moyenne nationale. Cette situation est due notamment aux conditions climatiques défavorables et à la qualité des terres cultivées (plus de 94% des terres réservées à la culture céréalière sont en bour). Les agrumes demeurent les produits agricoles qui caractérisent fortement la région de l’Oriental au niveau national. La production des agrumes dans la région participe annuellement à hauteur de 14% dans la production nationale. Le gros lot des exploitations agrumicoles se situe dans la zone de la basse Moulouya, notamment dans sa rive droite. Par ailleurs, la région de l’Oriental occupe un rang très avancé dans le domaine de l’élevage, notamment celui des ovins et des caprins qui représente une proportion importante du total du cheptel national. À l’intérieur de la région, la province de Figuig occupe la première place en ce qui concerne l’élevage ovin avec un total de 791.000 têtes, soit 27,5% du total régional. La province de Taourirt vient en second lieu avec une part de 22%.

Contraintes
Caractérisé par un dualisme agricole, le bour et l’irrigué, le secteur agricole n’est rentable de manière significative que dans les périmètres d’irrigation moderne où prospèrent l’arboriculture et les cultures industrielles. Le secteur agricole souffre également d’une multitude d’insuffisances et de contraintes qui entravent son évolution. Ainsi, le morcellement de la propriété agricole l’empêche souvent d’être rentable. Aussi, l’extension urbaine et la spéculation sur les terres au détriment de la propriété agricole est un sérieux problème dans la région. Par ailleurs, à l’exception des plaines de la basse Moulouya, l’activité agricole demeure tributaire de la pluie et des eaux souterraines, ce qui se répercute négativement sur la surface cultivée et sur la production. À cela s’ajoute l’absence des technologies modernes et l’utilisation des méthodes traditionnelles par les petits agriculteurs qui entraînent des rendements faibles. Autre contrainte, la multiplicité des structures foncières : à côté des terres Melk qui occupent 47% des terres agricoles cultivables, on trouve en effet les terres collectives, les terres d’État, les terres des Guich…De son côté, l’élevage est confronté à plusieurs problèmes naturels, réglementaires et économiques qui empêchent son développement réel. En outre, les espaces pastoraux sont de qualité médiocre et se détériorent d’une année à l’autre à cause de leur surexploitation. À côté de cela, il est à signaler également que le régime foncier des parcours handicape toute politique économique d’aménagement entreprise par les autorités publiques dans ce domaine. 


Horizon 2020

Le Plan Maroc Vert (PMV) a placé la barre très haute pour la région de l’Oriental. En effet, eu égard aux atouts de la région, la production et la valeur ajoutée du secteur devront croître d’une manière exponentielle. Ainsi, selon les données du département de l’Agriculture et de la pêche maritime, le chiffre d’affaires du secteur agricole devrait connaître une augmentation passant de 3,83 MMDH en 2010 à 6,05 MMDH en 2020. Les journées de travail créées passeront, quant à elles de 18.788 journées de travail en 2010 à 21.646 journées à l’horizon 2020.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page