Maroc

Maroc: Pas de retour à la normale avant 2023 pour les entreprises

Les effets de la crise sanitaire ne vont pas se dissiper de sitôt, 60% des entreprises ne prévoient un retour à la normale qu’à partir de 2023. Certaines catégories des entreprises devraient, tout de même, investir et recruter en 2022. Les détails de l’activité future des opérateurs privés ont été publiés par le HCP. 

Visiblement, les entreprises marocaines ne reprendront pas de sitôt leur confiance en la relance économique. Faut-il le rappeler, la crise sanitaire a installé une morosité dans les affaires des entreprises marocaines et a engendré des pertes importantes de croissance, que ce soit dans le secteur privé ou encore le public.


C’est ainsi que dans le cadre de son programme de suivi et d‘évaluation de l’impact socio-économique de la crise sanitaire au Maroc, le Haut-commissariat au plan (HCP) a réalisé la quatrième enquête qualitative auprès des entreprises. L’objectif est de saisir les perceptions des chefs d’entreprises concernant leurs perspectives en matière d’investissement et de recrutement durant l’année 2022, mais aussi d’établir un état des lieux des effets de la pandémie sur l’évolution de l’activité de ces dernières durant l’année 2021 et de la comparer à ce qu’elle était avant la crise. Aujourd’hui, et malgré un retour progressif à une activité économique normale, les entreprises restent toujours sceptiques par rapport à l’évolution de leur business en 2022. Certes, elles prévoient des investissements pour cette année, mais pour elles un retour à la normale ne serait possible qu’a partir de 2023.

Les grandes entreprises mieux loties
Justement, selon les résultats de cette enquête, publiés récemment par le HCP, 60% des entreprises ne prévoient un retour à la normale qu’en 2023. Le HCP détaille ainsi que «près de 60% des entreprises ayant connu une décélération de leur activité prévoient de retrouver leur niveau normal d’activité dans un délai moyen d’un an ou plus». Par catégorie, plus de la moitié des Grandes Entreprises (GE) (56%) estiment pouvoir retrouver leur rythme normal dans un délai ne dépassant pas un an, contre 39% pour les TPME. Les entreprises de l’hébergement (71%), de la restauration (65%) et du transport et entreposage (60%) prévoient de retrouver leur niveau d’activité normal dans un an ou plus. Quant aux entreprises de construction (54%) et celles des industries du textile et du cuir (35%), elles estiment pouvoir retrouver leur rythme normal dans un délai ne dépassant pas une année.

La majorité des opérateurs n’investira pas en 2022
En tout cas, pour l’année 2022, il est noté que «plus de 7 entreprises sur 10 ne prévoient aucun projet d’investissement en 2022». Dans le détail ce sont près de 29% des entreprises qui envisagent de réaliser des projets d’investissement en 2022. 13% anticipent une augmentation du niveau de leur investissement, 12% prévoient une stabilité et 3% une diminution. Par catégorie, un quart des GE anticipent une augmentation du niveau d’investissement en 2022, 17% pour les PME et 11% pour les TPE. Dans le détail sectoriel, le HCP annonce que près de 45% des entreprises de l’énergie prévoient d’augmenter leurs investissements en 2022. Ce taux est de 24% pour les entreprises des industries extractives, 14% pour celles des industries chimiques et parachimiques, 13% pour les industries du textile et du cuir et 9% pour les industries métalliques et mécaniques. En ce qui concerne le secteur de l’hébergement et de la restauration, ce sont plus de 80% des entreprises qui ne prévoient aucun projet d’investissement en 2022. En termes d’affectation des investissements projetés pour l’année 2022, l’institution explique que «46 % des chefs d’entreprise orienteront leurs efforts d’investissement vers l’acquisition de machines, d’équipements et d’autres biens d’équipement, 32 % souhaitent investir dans le développement de nouveaux produits et services et 24 % dans la modernisation des équipements informatiques». Pour financer les investissements futurs, 41% des entreprises prévoient de recourir à des prêts bancaires. Par catégorie, cette proportion atteint 34% pour les TPE, 51% pour les PME et 44% pour les GE.

Plus d’engagement dans le recrutement
En ce qui concerne l’augmentation des effectifs, les entreprises sont plus actives. En effet, l’enquête du HCP annonce que «près de la moitié des GE ont l’intention d’augmenter leurs effectifs en 2022». Si les Grandes entreprises reprennent de plus belle les recrutements, ce n’est pas le cas pour les autres catégories. Dans le détail présenté dans l’enquête, une entreprise sur cinq a l’intention de procéder à des recrutements au cours de l’année. Cette proportion atteint 46% pour les GE, 25% pour les PME et 18% pour les TPE. Un tiers des GE (29%) envisagent d’augmenter leurs effectifs de 5% ou plus par rapport à leurs effectifs actuels. «La proportion des entreprises ayant l’intention de recruter en 2022 s’élève à 41% dans les industries textiles et du cuir, 38% dans les industries extractives et 34% dans la construction. Les entreprises de l’hébergement et de la restauration (12%) restent les moins motivées pour recruter en 2022», détaille le HCP dans  ce sens.

Méthodologie de la 4è enquête du HCP

Menée via la collecte assistée par tablette et par téléphone du 17 au 20 janvier 2022, l’enquête du Haut-commissariat au Plan a été réalisée auprès d’un échantillon de 2.300 entreprises organisées représentant l’ensemble des unités opérant dans les secteurs de l’industrie manufacturière, de la construction, de l’énergie, des mines, de la pêche, du commerce et des services marchands non financiers. Cette note présente les principaux résultats de cette enquête déclinés selon les catégories d’entreprises (TPE : très petites entreprises, PME : petites et moyennes entreprises et GE : grandes entreprises) et selon les secteurs de la nomenclature marocaine des activités (NMA2010).

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page