Monde

Organisations financières internationales : le Trésor américain veut moderniser le système

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a prévu d’appeler à une réforme des grandes institutions économiques mondiales mercredi, estimant que la guerre en Ukraine prouvait la nécessité de faire évoluer des organisations comme le Fonds monétaire international. 

Chirurgie et lifting. Le Trésor américain veut lancer une vaste opération de modernisation des organisations financières internationales. En effet, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen (photo), a prévu d’appeler à une réforme des grandes institutions économiques mondiales, mercredi, estimant que la guerre en Ukraine prouvait la nécessité de faire évoluer des organisations comme le Fonds monétaire international (FMI).

«Nous devons moderniser nos institutions existantes – le FMI et les banques multilatérales de développement – pour qu’elles soient adaptées au 21e siècle, où les défis et les risques sont de plus en plus mondiaux», compte-t-elle déclarer prochainement lors d’une conférence organisée par l’Atlantic Council, un groupe de réflexion américain.

Janet Yellen doit s’exprimer sur sa vision pour l’économie mondiale dans le contexte du conflit ukrainien, à une semaine de la venue à Washington des ministres des Finances et des gouverneurs de banques centrales pour les réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale.

«Certains diront peut-être que ce n’est pas le moment de voir les choses en grand», prévoit de reconnaître la ministre. «Mais je pense que c’est le bon moment pour réparer les failles dans notre système financier international, qui nous posent problème en temps réel.»

Pressions sur la Russie

Les États-Unis ont décrété plusieurs séries de sanctions économiques et financières contre la Russie, notamment des gels d’avoirs et des interdictions de transaction contre les grandes banques russes. Ces mesures doivent forcer «le Kremlin à choisir entre soutenir son économie et financer la suite de la guerre brutale de Vladimir Poutine», va rappeler Janet Yellen.

Dans son discours, elle prévoit de fustiger les pays et entreprises qui n’ont pas rompu leurs liens commerciaux avec la Russie – sans les mentionner nommément. La Chine et l’Inde, notamment, sont restés des partenaires de Moscou. Peut-être que ces pays espèrent «remplir le vide laissé par les autres en préservant leurs relations avec la Russie. Ce genre de motivations ne tient pas sur le long-terme», compte-t-elle asséner.

Au-delà de la situation en Ukraine, les réunions de la semaine porteront aussi sur les livraisons de vaccins, la lutte contre le réchauffement climatique et le soutien aux pays à faibles revenus, va aussi indiquer Janet Yellen.

Sami Nemli avec Agence / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page