Monde

Automobile : Stellantis produira bientôt 12 véhicules électriques en France

Le groupe automobile convertit progressivement tous ses sites français à l’électrique. Mulhouse, Sochaux, Rennes, Douvrain et, bien sûr, Poissy et Hordain seront tous mis à contribution pour produire à court terme 12 modèles de véhicules électriques en Hexagone. L’annonce a été faite par Carlos Tavares, patron de Stellantis, à l’ouverture du Mondial de l’automobile, ce 17 octobre, à Paris.

Le groupe Stellantis va produire «à brève échéance» 12 véhicules électriques en France, contre six actuellement, a annoncé, lundi, le directeur général Carlos Tavares, au Salon de l’automobile de Paris. Les Peugeot 308, 308 break et 408 électriques seront notamment produites à Mulhouse (Haut-Rhin), a indiqué Carlos Tavares au côté d’Emmanuel Macron, qui visitait le stand Peugeot. Les SUV 3008 et 5008 électriques seront produits à Sochaux (Doubs) et le futur SUV électrique de Citroën à Rennes, a précisé le groupe. «On est en train de crédibiliser cette trajectoire qu’on s’est fixée, celle d’obtenir deux millions de véhicules électriques produits en France en 2030», a salué le président de la République.

«On a déjà sécurisé un million à l’horizon 2026-2027», a poursuivi Macron. «On sera là pour soutenir et accompagner dans la durée, pour faire de la France à nouveau une grande terre automobile de demain», a-t-il promis.

Le groupe franco-italo-américain Stellantis, dont l’État français est actionnaire, produisait notamment déjà la DS3 et l’Opel Mokka électriques à Poissy (Yvelines) et des utilitaires électriques à Hordain (Nord). Le groupe va également produire des batteries électriques à Douvrin (Pas-de-Calais). Son concurrent, Renault, a pour sa part multiplié les annonces concernant la production en France de ses R4 et R5 électriques. Alors que la transition vers l’électrique fait craindre un redimensionnement des usines, «tous nos sites industriels (en France) ont maintenant devant eux un avenir qui est clair», a souligné Tavares, «et la technologie nécessaire pour faire face à la concurrence, notamment la concurrence chinoise que vous pouvez voir aujourd’hui sur ce Mondial de Paris». «Les sites français de Stellantis sont donc tous maintenant électriques et leurs productions permettront à l’entreprise d’être au rendez-vous de la neutralité carbone en 2038», a souligné le groupe dans un communiqué.

Jules Gabas Avec Agence / Les Inspirations ÉCO

Lions de l’Atlas : Comment Walid Regragui a métamorphosé l’équipe ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page