Éco-Business

Immobilier. Faut-il acheter ou attendre?

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) du 2e trimestre 2021, élaboré conjointement par Bank Al-Maghrib et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC), vient d’être publié. Entre avril et juin, cet indice relève un repli de l’ordre de 5,4% des prix des actifs immobiliers, après une stagnation au premier trimestre.

Après avoir stagné au premier trimestre, les prix dans l’immobilier affichent une baisse entre avril et juin. Faut-il attendre un peu avant d’acheter pour profiter d’un éventuel fléchissement des prix ? Selon les tendances prévisionnelles des prix publiés par Mubawab, à Casablanca, il est prévu que «les prix des appartements augmentent de 0,03% en août et baissent de 0,04% en septembre. Pour Rabat, il est prévu que le prix des appartements connaisse une chute de 5,89% au mois de juillet 2021.


En revanche, la tendance pourrait s’inverser sur les 2 derniers mois du 3e trimestre avec une hausse respective de 0,34% et 0,60%. Agadir pourrait connaître une hausse des prix en juillet et août de 0,98% et 0,70% et une baisse de 0,32% en septembre». Précision de taille : le site immobilier souligne que ces prévisions peuvent être fluctuantes et ne pas suivre la tendance indiquée au vu de l’instabilité du marché et du contexte actuel. Face à tant d’incertitudes, la bonne nouvelle est que le ratio offre/demande est toujours positif et le potentiel de croissance toujours existant, c’est-à-dire que la proportion de la demande par rapport à celle de l’offre est avantageuse pour de nouvelles opportunités de croissance.

Par exemple, sur la ville de Tanger, la demande est 1,7 fois plus importante que l’offre. «Indépendamment du bilan immobilier conçu par Mubawab pour éclairer toutes les parties prenantes du marché, les prévisions partagées depuis la précédente édition ont pour objectif d’aider les professionnels et les particuliers à identifier les opportunités sur le prochain trimestre.

Ainsi, les prix des villas continuent de baisser, une bonne nouvelle pour les futurs acquéreurs de cette catégorie de biens. «Chez Mubawab, nous sommes confiants pour le reste de l’année, surtout avec l’arrivée des MRE qui ont toujours contribué fortement à la dynamique du secteur immobilier, notamment durant la période estivale. Des indicateurs que nous suivons de près ce trimestre», conclut Kevin Gormand, CEO et co-fondateur de Mubawab.

L’Indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) du 2e trimestre, que vient de publier BAM, relève qu’au deuxième trimestre 2021, lIPAI ressort en repli trimestriel de 5,4%. Cette tendance est «le résultat des baisses des prix du résidentiel de 5,6%, des terrains de 5% et des biens à usage professionnel de 7,3%», explique Bank Al-Maghrib.

Cette tendance est confirmée par le guide trimestriel du marché immobilier de Mubawab, à la même période. Celui-ci remonte le chiffre clé de 10.200 DH comme étant «le prix moyen du m² des appartements au Maroc, soit une baisse trimestrielle de 2,12%. L’offre sur les appartements neufs et anciens a reculé de 4,42% durant le dernier trimestre et la demande de 1,86%», rapporte le site immobilier. À l’inverse, le nombre de transactions a connu une progression de 18,8%, recouvrant une hausse de 22% pour les biens résidentiels et de 29,2% pour les terrains et une baisse de 20,7% pour les biens à usage professionnel, selon BAM.

En glissement annuel, les prix des actifs immobiliers se sont dépréciés de 2%, avec des baisses de 2,3% pour les actifs résidentiels, de 1% pour les terrains et de 4,9% pour les biens à usage professionnel. En revanche, le nombre de transactions a progressé pour toutes les catégories des biens immobiliers.

Tendance globale par catégorie

Dans le résidentiel, BAM relève que les prix ont connu une diminution de 5,6% en glissement trimestriel, reflétant des baisses de 6,4% pour les appartements, de 2,5% pour les maisons et de 5,1% pour les villas. S’agissant du volume des transactions, il a progressé de 22%, résultat des hausses des ventes des appartements de 22,7%, des maisons de 13,3% et des villas de 15%.

En glissement annuel, les prix se sont repliés de 2,3%, en liaison avec les baisses des prix de 3,7% pour les appartements. En revanche, l’indice des prix a augmenté de 4,2% pour les maisons et de 0,1% pour les villas. Concernant les ventes, elles ont progressé pour toutes les catégories des biens résidentiels. De son côté, Mubawab décrypte avec plus de détail ce segment. En ce qui concerne l’immobilier ancien dans sa globalité, le guide trimestriel de Mubawab enregistre une légère baisse trimestrielle de 1%, avec une hausse de 4% en année glissante. La baisse dans l’ancien est fortement guidée par la chute des prix des villas, avec un recul trimestriel respectif de 6% et de 4%.

Quant aux appartements anciens, les prix ont grimpé de 1% par rapport au 1er trimestre et de 7% en année glissante. Le neuf poursuit, en général, sa tendance baissière avec 2% sur le trimestre et en année glissante. Les villas neuves ont connu une chute trimestrielle de 1% et de 10%. Les prix des appartements neufs ont baissé de 2% pendant le trimestre avec une augmentation de 1% en année glissante.

«Dar Bouazza, Rabat, Marrakech, Témara et Bouskoura sont les villes avec les prix les plus stables pour les appartements, enregistrant des évolutions minimes comprises entre -4% et +4%. Pour les villas, ce sont les villes de Tanger, Agadir, Mohammedia et Bouskoura qui font preuve d’une certaine stabilité au niveau des prix pour le second trimestre de l’année», précise-t-on chez Mubawab.

Légère baisse des prix du foncier

L’indice des prix des terrains a reculé de 5%, en glissement trimestriel, et les transactions se sont accrues de 29,2%. En glissement annuel, les prix du foncier ont baissé de 1%.

Repli des biens à usage professionnel

Selon BAM, l’indice des prix des biens à usage professionnel a connu une diminution de 7,3% d’un trimestre à l’autre, résultat des baisses de 7,1% des prix des locaux commerciaux et de 8,4 de ceux des bureaux. De même, le volume des transactions a reculé de 20,7%, à la suite des baisses de 20,5% des ventes des locaux commerciaux et de 22,2% de celles des bureaux. En glissement annuel, les prix des biens à usage professionnel ont enregistré un repli de 4,9%, reflétant une baisse de 3,1% pour les locaux commerciaux et de 13,3% pour les bureaux. En ce qui concerne les transactions, elles ont augmenté tant pour les locaux commerciaux que pour les bureaux.

Tanger affiche la plus forte baisse des prix

Au niveau de Rabat, les prix ont connu une baisse de 4,5% en glissement trimestriel, recouvrant des replis de 5,1% pour le résidentiel et de 2,7% pour les terrains et une hausse des prix des biens à usage professionnel de 1,5%. S’agissant des ventes, elles ont enregistré une hausse de 14,7%, reflétant des augmentations des transactions du résidentiel de 17% et des terrains de 13,3%.

En revanche, les ventes des biens à usage professionnel ont reculé de 16,3%. À Casablanca, les prix ont connu une baisse globale de 5,4%, résultat des baisses de 5,4% pour les biens résidentiels, de 3% pour les terrains et de 7,1% pour les biens à usage professionnel. S’agissant des ventes, elles ont enregistré une hausse de 21%, reflétant des accroissements de 29,1% pour les biens résidentiels et de 18,9% pour les terrains et une diminution de 20,8% pour les biens à usage professionnel.

A Marrakech, les prix ont enregistré un repli de 3,4% au deuxième trimestre 2021. Celui-ci a concerné toutes les catégories de biens, avec des baisses de 5,6% pour le résidentiel, de 2,3% pour les terrains et de 4,6% pour les biens à usage professionnel. Pour ce qui est des transactions, elles ont enregistré un accroissement de 28,9%, traduisant des hausses des ventes de 27,9% pour les biens résidentiels et de 49,1% pour les terrains.

Cependant, les ventes des biens à usage professionnel ont reculé de 6,9%. À Tanger, l’indice des prix a marqué un recul de 7,4%, recouvrant des baisses des prix des biens résidentiels de 8,5%, des terrains de 6,5% et des biens à usage professionnel de 6,8%. Les ventes ont, pour leur part, progressé de 16,1% suite à la hausse de 25,1% pour les biens résidentiels. À l’inverse, les ventes des terrains ont baissé de 12,7 et celles des biens à usage professionnel ont stagné.

Modeste Kouamé /  Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page