Opinions

Iconoclaste…

Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), à travers 109 rédactions dans 76 pays à travers le monde, a pu révéler une tonne, c’est le cas de le dire, d’informations qui allument l’entonnoir obscure et bien gardé des paradis fiscaux, et de la fiscalité offshore. Rien de surprenant, sauf cette envie cachée de nous tous, de découvrir les noms des propriétaires de ces sociétés écran, et des dépositaires de millions. Car, et il ne faut pas se le cacher, depuis la nuit des temps, ou plutôt depuis que la fiscalité est devenue réglementée, les riches, les hommes du pouvoir, les hommes influents, les trafiquants de drogues et toute personne ne voulant pas payer des sommes substantielles au fisc de son pays de résidence, cherchent des pays où fourrer leur fric.  Leur seul tort, cette fois-ci, aura sans doute été, la défiscalisation de leurs biens, ou pour les cas les moins graves la domiciliation de leur offshoring, chez un cabinet pas assez alerte pour bien sécuriser ses fichiers informatiques, en l’occurrence le Panaméen Mossack Fonseca. Le feuilleton «Panama Papers» ne fait que commencer.

Il va certainement tenir en haleine des millions d’êtres humains à travers les mois, voire les années à venir, et aura au moins le mérite de nous faire oublier, un tant soit peu, tous les malheurs sanguinaires qui s’abattent sur notre planète, et ce jusqu’à ce que les caisses des États se renflouent par le manque à gagner fiscal pour les uns, et les prisons se remplir par quelques boucs émissaires symboliques pour faire taire les peuples, et leur faire gober que la justice existe bel et bien !

Quant à moi, et avec tout le respect que je vous dois à tous, ce dossier ne me touche point, par rapport à la multitude des causes et des valeurs qui me préoccupent chaque jour; je ne veux certainement pas être spectateur béat de ce feuilleton panaméen, après avoir été, des années durant, consommateur benoît des feuilletons mexicains, turques, égyptiens et autres… ramadanesques marocains.

Iconoclaste un jour, iconoclaste toujours… 

Oussama Benabdallah,
Enfant de la télé
o.benabdellah@leseco.ma

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page