Opinions

Ecole publique: et si le Maroc s’inspirait (un peu) de la Suède

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

EDITO. Tout comme pour la santé, les lacunes accumulées au fil des décennies dans le secteur de l’enseignement sont conséquentes… et les besoins financiers pour en finir avec celles-ci, aussi ! Ce constat est loin d’être un scoop. En revanche, ce qui serait une révolution, c’est que le nouveau gouvernement puisse réussir le miracle financier de cette réforme. La recette tracée par la loi-cadre semble en effet tenir la route, mais il reste à mobiliser le cash nécessaire pour lui donner forme. Ce sera d’ailleurs l’un des grands challenges qu’aura à relever Chakib Benmoussa durant son mandat.

L’homme, qui ne connaît que trop bien sa leçon du fait de son parcours, a tout le potentiel pour remédier aux maux de l’enseignement. Il n’en demeure pas moins que sans liquide, pas de restructuration. Ce ne sont pas les quelque 5 milliards de DH par lesquels le gouvernement dopera le budget du ministère de tutelle qui feront l’affaire. Et quand on voit ce que représente la masse salariale dans l’enveloppe du secteur, l’espoir que le budget public pourrait suffire s’envole aussitôt. Regardons de plus près ce que d’autres pays ont réussi à faire… En Suède, par exemple, et après une série de réformes successives, le statut de fonctionnaire des enseignants a été enterré depuis belle lurette.


L’école publique suédoise s’appuie ainsi sur un système de rémunération à la performance dont les montants sont fixés suite à des négociations entre syndicats et municipalités. Seule exigence pour les localités : respecter le programme national. Mais ce n’est pas tout : les municipalités suédoises, ayant dépassé depuis longtemps le problème de l’autonomie financière, le financement de l’enseignement dans ce pays est majoritairement pris en charge par les municipalités à travers la perception des impôts locaux qui représentent 68% de leurs revenus. D’ailleurs, même l’école privée doit respecter le principe de gratuité de l’éducation suédoise. Qu’elle est belle la déconcentration quand elle est bien rodée !

Meriem Allam / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page