MDJS

Nantes aura deux stades voisins

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

L’ancien stade de la Beaujoire où joue actuellement le FC Nantes ne sera pas détruit, contrairement aux plans de YelloPark du président du club, Waldemar Kita. Les élus de Nantes Métropole ont voté vendredi en faveur de la cession d’une parcelle destinée à la construction d’un nouveau stade de foot pour le FC Nantes à proximité de l’actuel stade de la Beaujoire qui sera conservé. La question posée aux élus du conseil métropolitain, qui ont débattu pendant près de deux heures, a recueilli 53 voix pour, 41 contre et une abstention. Le projet futur de la Beaujoire est «à définir». Certains disent «on aura deux stades l’un à côté de l’autre, ça n’est pas tout à fait exact», avait expliqué Pascal Bolo, vice-président de Nantes Métropole. «On aura un stade privé dédié au football professionnel et à ses activités économiques annexes», a-t-il poursuivi, en référence au nouveau stade qui doit être construit sur une parcelle de 9 hectares environ et dont le prix de cession doit être fixé par la Direction générale des finances publiques. «Et nous aurons à côté un équipement public avec pour vocation de mettre en oeuvre la politique sportive de Nantes Métropole et d’accueillir d’autres disciplines, d’autres activités sur un projet d’usage qui est à définir», a expliqué Pascal Bolo au sujet du stade de la Beaujoire qui a été inauguré en 1984 et a une capacité de 37.473 places. Pas de projet immobilier, donc. Ce vote acte définitivement la fin du projet «YelloPark» porté par le président du FC Nantes, Waldemar Kita et le PDG du groupe d’ingénierie immobilière Réalités, Yoann Joubert, qui prévoyait d’associer un projet immobilier au nouveau stade et de détruire la Beaujoire. Ces deux points avaient concentré l’essentiel des critiques de la population qui a été concertée sur le sujet, conduisant la maire PS de Nantes, Johanna Rolland, à proposer début novembre de faire coexister les deux stades sans projet immobilier. À l’horizon 2023, Nantes va donc disposer de deux grands stades l’un à côté de l’autre. Comme à Paris où le Parc des Princes cohabite avec le Stade Jean-Bouin. Malgré les contestations de certains élus, de plusieurs associations de supporters et de riverains, qui parlent d’une «décision ubuesque», le FCN pourra donc construire son nouveau stade sur l’actuel parking de la Beaujoire. Estimée à 200 millions d’euros, cette nouvelle enceinte contiendra 40.000 places et sera financée par des fonds privés, dont ceux du président Kita. La Beaujoire avec ses 35.000 places sera alors recyclée et proposée par la métropole nantaise à d’autres sports, comme au club de rugby. 


Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page