MDJS

Les Football Leaks en révèlent un peu plus sur Kanté

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Il est petit, il est gentil, il refuse d’échapper au fisc mais ses agents sont gourmands. N’Golo Kanté, longtemps boudé par les cadors du football continental fait désormais office de référence mondiale à son poste. En 2016, tout le monde avait déjà compris le potentiel de l’infatigable récupérateur, alors récent champion d’Angleterre dans les rangs de Leicester City.

En fait, tous les gros bras de Premier League étaient sur le dossier, de Manchester City à Arsenal en passant par Chelsea. Le PSG, club de sa ville natale, aussi. Pourquoi Kanté avait-il finalement dit non à Paris au profit des Blues ? «Il ne s’agit pas du salaire ou du projet sportif mais du montant des commissions des agents qui se montrent particulièrement gourmands», expliquent nos confrères de Mediapart, après le décryptage des Football Leaks.


En France, le montant de la commission versée aux agents des joueurs est plafonné à 10% du prix du transfert. Limite qui n’existe pas de l’autre côté de la Manche. Le PSG y renonce. «Un rendez-vous est organisé au siège du club le 24 mai 2016 avec les représentants du joueur pour trouver un accord. Sans succès», résument nos confrères. 

Au final, l’ex-Caennais signait à Chelsea le 15 juillet 2016 pour 38,5 M€. Les commissions ? Elles auraient toujours selon la même source atteint 30% du prix du transfert, soit 13 M€, dont 7,2 pour Gregory Dakad et 4,8 dans les poches d’Abdelkarim Douis. «Un pourcentage stratosphérique même pour la très libérale Angleterre», glisse-t-on à Mediapart.

Les Football Leaks ne révèlent pas seulement des fraudes. Mediapart, qui a déjà publié ces derniers jours plusieurs affaires embarrassantes pour le PSG, Manchester City et Monaco, relaye mercredi une histoire un peu plus réconfortante. Elle concerne N’Golo Kanté. Devenu la coqueluche du foot français cet été, lors de l’épopée des Bleus en Russie, le milieu de terrain de Chelsea n’est visiblement pas du genre à s’attirer des ennuis en dehors des terrains. Selon le site d’investigation, l’international tricolore a refusé qu’une partie de ses revenus lui soit versée par les Blues dans un paradis fiscal, via une entreprise offshore basée sur l’île britannique de Jersey. Les faits remontent à l’intersaison 2016. Tout juste sacré champion d’Angleterre avec Leicester City, l’ex-Caennais débarque à Stamford Bridge. Les dirigeants londoniens lui proposent alors de mettre en place un montage financier avantageux pour les deux parties. Pour économiser près d’un million d’euros annuel, Chelsea souhaite que les droits à l’image du joueur (20% de ses émoluments) soient virés sur le compte d’une société-écran, immatriculée donc à Jersey. Après avoir créé NK Sports en Grande-Bretagne, N’Golo Kanté ouvre NK Promotions dans l’archipel et le transfert peut s’effectuer. Mais alors que tout semble ficelé, le joueur refuse de signer cet accord. Il s’en explique au club via son conseiller fiscal en mai 2017. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page