Maroc

Paris : La Cour d’appel rejette la requête des avocats d’Eric Laurent et Catherine Graciet

 

Dans une déclaration à l’agence MAP, à l’issue de cette audience, l’avocat de la partie marocaine, Ralph Boussier, a indiqué que les enregistrements, dont le premier d’une qualité moyenne et les deux autres d’une excellente qualité, établissent, de façon «incontestable», l’opération de chantage, qualifiant de «maîtres chanteurs» les deux journalistes français.
Après cette décision de la Cour, «nous allons passer aux choses sérieuses», a-t-il souligné, notant qu’outre les enregistrements, les deux journalistes ont été arrêtés avec chacun 40.000 euros en poche et signé un document reconnaissant qu’ils sollicitaient deux millions d’euros pour arrêter de «nuire systématiquement au Maroc par leurs écrits et actions». Interrogé sur un éventuel recours des avocats des deux journalistes, Boussier a estimé que «ça va être compliqué pour eux de trouver matière à soutenir un pourvoi en cassation», expliquant que les enregistrements sont des pièces à conviction et non des actes de procédures que chacune des parties peut utiliser largement.
Le journaliste français Eric Laurent avait contacté le cabinet royal pour annoncer qu’il se préparait à publier, avec Catherine Graciet, un livre sur le Maroc, mais qu’il était prêt à y renoncer en échange de trois millions d’euros.


Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page