Maroc

Ordre national des pharmaciens : la nouvelle loi voit le bout du tunnel

Plus de 16 mois après son dépôt au Parlement, le projet de loi 98-18 relatif à l’Ordre national des pharmaciens devra être examiné aujourd’hui. Alors que la nouvelle loi portant sur les attributions de l’Ordre national des pharmaciens a pu entamer le circuit législatif dès janvier 2020, le nouveau cadre d’exercice de cette entité qui est cruciale pour formuler les demandes des professionnels du secteur et pour l’application de la politique des médicaments est resté en stand-by.

Pour dissiper le doute qui a commencé à s’installer à propos des délais d’adoption de cette législation, la Commission des secteurs sociaux de la Chambre des représentants doit entamer, aujourd’hui, l’examen de cette loi qui intervient à un moment important de la mise en œuvre du chantier de la couverture sociale.


La dimension régionale reste, quant à elle, fortement présente dans la réforme projetée, notamment en vue d’assurer un équilibre territorial. De fait, plusieurs réglages devront être effectués en vue d’élargir la représentativité des catégories exerçant dans la profession soit à titre privé soit dans les services de l’État et des collectivités territoriales, de même que les pharmaciens travaillant comme enseignants-chercheurs dans les facultés de médecine.

Les délais pressent
La réorganisation de l’Ordre national des pharmaciens devra se faire dans un délai raisonnable, vu la multitude des décrets d’application qui devront être élaborés après l’adoption du nouveau dispositif légal. Il faut dire aussi que la nouvelle loi composée de 101 articles opère une réelle coupure par rapport à l’ancien statut, avec plusieurs mesures apportées en vue de garantir la transparence des modalités de représentation et de recours, ainsi que pour la création de «la conférence des conseils des pharmaciens», nouvelle instance prévue par la loi projetée.

Cette structure sera chargée de formuler des recommandations visant à faciliter l’accès aux soins ainsi que d’approuver le projet du Code déontologique de la profession. À souligner que la réforme du statut de l’Ordre national des pharmaciens devra établir les montants des cotisations proportionnellement à la taille des conseils élus,
de même qu’elle est chargée d’approuver les montants décidés par le conseil national pour les cotisations annuelles obligatoires.

Younès Bennajah / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page