Maroc

Officialisation de l’Amazigh : le gouvernement passe à la vitesse supérieure

Mettant l’accent sur la priorité accordée au chantier de l’officialisation de l’Amazigh, Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, a affirmé récemment que cette année marque la consolidation de l’arsenal des mesures rendant effective l’opérationnalisation du caractère officiel de l’Amazigh. 

À quelques jours du début de l’an Amazigh 2973 célébré chaque 13 janvier selon le calendrier agraire, le Conseil de gouvernement, réuni jeudi dernier, sous la présidence d’Aziz Akhannouch, chef de gouvernement, a mis l’accent sur la concrétisation du chantier de mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe. Mettant l’accent sur la priorité accordée au chantier de l’officialisation de l’Amazigh pour l’équipe gouvernementale, Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, a affirmé lors du point de presse hebdomadaire que «cette année marque la consolidation de l’arsenal des mesures rendant effective l’opérationnalisation du caractère officiel de l’Amazigh».

Selon le ministre, «depuis le début de cette semaine, le coup d’envoi a été donné pour la mise en œuvre de projets relevant de ce chantier au sein des administrations et institutions publiques afin d’orienter et de guider les usagers amazighophones bénéficiant du service public tout en facilitant le processus de communication afin qu’ils puissent profiter des services liés à la santé, la justice et la culture. Partant de ce constat, le gouvernement a annoncé qu’il consacrera 300 MDH au titre de la loi de Finances 2023.

Ce montant sera porté à 1 MMDH à l’horizon 2025. «Une enveloppe financière importante a été également allouée au cours des quatre prochaines années pour soutenir les activités amazighes tout en appuyant les initiatives valorisant le patrimoine matériel et immatériel de la culture amazighe en plus du démarrage de la généralisation de l’inscription de la langue amazighe aux sièges des départements administratifs et plaques signalétiques, panneaux de circulation et enseignes et moyens de transport en plus des portails électroniques.

Bulletin officiel en langue amazighe : la traduction des textes en marche
Au sujet du volet législatif et réglementaire, Mustapha Baitas a souligné que le gouvernement, en partenariat avec l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), a entamé l’institutionnalisation de la mise en place de la traduction et la publication des textes législatifs et réglementaires à caractère général au Bulletin officiel en langue amazighe.

Au cours de son intervention lors de ce conseil de gouvernement, le Chef du gouvernement a également affirmé que toutes ces mesures découlent de l’engagement du gouvernement à faire avancer ce chantier conformément à la loi organique n°26.16 définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l’Amazigh, ainsi que les modalités de son intégration dans l’enseignement et dans les domaines prioritaires de la vie publique.

Le Chef du gouvernement a également appelé son équipe à leur adhésion active pour la mise en œuvre concrète de ce chantier et mobiliser toutes les capacités matérielles, humaines et logistiques disponibles pour réussir les objectifs assignés à ce chantier tout en insistant sur la coordination et la convergence en vue d’atteindre les objectifs fixés conformément aux échéances fixées par la feuille de route gouvernementale.

Validation de quatre textes de loi

Le conseil de gouvernement a validé quatre textes de loi. Il s’agit, premièrement, du projet de loi n° 44.22 complétant et modifiant la loi n° 45.00 relative aux experts judiciaires, présenté par le ministre de la Justice. Ce projet vise à accompagner le développement technologique, scientifique et numérique. Il s’agit essentiellement des litiges concernant les domaines des énergies renouvelables, la protection contre les radiations nucléaires, l’identification des matricules des véhicules et des armes, l’analyse linguistique, celle de la vidéo et de l’image, le diagnostic des empreintes digitales et l’analyse de preuves numériques, armes, munitions, explosifs… en l’absence d’experts judiciaires spécialisés dans ces domaines.
Dans ce sens, le projet de loi vise à introduire une modification partielle de la loi n° 45.00, en ouvrant le champ devant les institutions publiques, offices, instituts, laboratoires, unités administratives affiliés aux administrations de l’État pour légaliser le caractère règlementaire des expertises réalisées. Outre la validation du projet de décret n° 2.22.809 modifiant et complétant le décret n° 2.06.574 du 31décembre 2006 relatif à l’application de TVA et instituant l’exonération des produits et équipements agricoles importés, le conseil de gouvernement a validé le projet de décret n° 2.22.811 modifiant et complétant le décret n° 2.94.285 du 21 novembre 1994 portant attribution et organisation du ministère de la Santé publique.
Ce projet vise à créer une nouvelle direction sous le nom de «Direction d’approvisionnement en médicaments et produits de santé», qui se verra confier de nombreuses missions qui assurent l’approvisionnement des établissements de santé en médicaments essentiels et produits de santé de haute qualité.

 

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page