Maroc

Adhésion à la CEDEAO : le Maroc devra patienter

Le verdict sur la demande d’adhésion du Maroc à la Communauté économique régionale ouest-africaine (CEDEAO) n’aura finalement pas lieu lors du 52e Sommet de l’organisation ouest-africaine, qui se tiendra les 16 et 17 décembre à Abuja (Nigéria).


La décision tant attendue a été reportée pour début 2018 et sera annoncée dans le cadre d’une session extraordinaire. Ce report trouve raison dans la décision unanime des chefs d’États membres de la CEDEAO, qui auraient jugé insuffisant le temps qui leur a été imparti pour parcourir minutieusement le rapport qui, à titre de rappel, englobe une étude d’impact comme l’a acté le communiqué final de la Commission de la CEDEAO, le 4 juin 2017 à Monrovia.

Loin de toutes les raisons hypothétiques derrière ce «report», certains éléments ont quant à eux, imposé la nécessité d’une réévaluation dudit rapport (70 pages) qui serait parvenu tardivement. Entre autres raisons, nous citons celles liées aux crises qui submergent des pays de la sous-régions ouest-africaine, notamment la Guinée Bissau, le Togo, sans parler de la question du G5 Sahel, dont font partie des pays membres de la CEDEAO.

Des sources auraient avancé quelques points du rapport soumis par le Maroc. En plus de certains avantages de son intégration (Paix et sécurité…), ledit rapport contiendrait la problématique du «tarif extérieur commun différent de celui de la CEDEAO» et précise «qu’il faudra prévoir des modifications dans ce sens». L’autre élément qui pourrait titiller la curiosité, c’est que juridiquement parlant, rien dans les textes n’évoque cette adhésion ni ne l’empêche ! 

La soumission tardive du rapport sur l’adhésion du Maroc par la Commission et l’ordre du jour «encombré» du Sommet constituent, jusqu’à présent, les seules causes claires de ce report.

C’est ainsi que la Commission a décidé de consacrer, cette fois-ci, une session extraordinaire dédiée spécialement à la question de l’«intégration du Maroc à la CEDEAO». Une session qui pourrait connaître la présence du roi Mohammed VI, initialement invité à prendre part au 52e Sommet qui s’ouvre ce samedi à Abuja.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page