Culture

Expo Universelle Dubaï 2020 : quels enjeux pour le Maroc ?

Ce choix, qui est le même que celui des Émirats Arabes Unis pays hôte de l’événement, en dit long sur ce que le Maroc attend de cet événement planétaire où 25 millions de visiteurs sont attendus ces six prochains mois. C’est de séduire le maximum d’investisseurs possible pour donner un vrai coup de fouet à ses nombreux chantiers ouverts dans la transition énergétique (complexes solaires et éoliennes, barrages, production d’hydrogène…), les infrastructures (autoroutes, ports et rails), le tourisme, la logistique, etc…C’est donc clair, le Maroc sera à Dubaï pour faire du business, avec l’art et la culture comme armes de séduction.

C’est parti pour l’Exposition universelle Dubaï 2020 ! Le coup d’envoi de l’événement planétaire a été donné en grande pompe, jeudi dernier dans la capitale des Émirats Arabes Unis (E.A.U), en présence des représentants de 190 pays qui exposent à ce show. Prévue pour durer du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022, l’Expo Dubaï 2020 est placée sous le thème «Connecter les esprits, Construire le futur». Un thème décliné en trois sous-thèmes, à savoir «Opportunité», «Mobilité» et «Durabilité», incarnés par trois districts éponymes qui abritent les pavillons d’exposition. Eh bien, comme les E.A.U pays hôte de l’événement, le Maroc a choisi d’ériger son pavillon de 3 500 m2 construit sur 7 niveaux dans le district «Opportunité», où il bénéficie d’un emplacement privilégié au cœur du district, près du pavillon des E.A.U et non loin d’Al Wasl Plaza, le monument central du site (voir encadré). Ce choix sous-thématique et spatial en dit long sur ce que notre pays attend de ce «show» où 25 millions de visiteurs sont attendus sur les six mois. Plutôt que de se placer en émetteur, le Royaume a, par contre, choisi de se positionner en récepteur, notamment d’investissements conséquents pour relancer et parachever ses multiples chantiers très structurants, dont l’élan d’édification a été brusquement et fortement ralenti par la crise sanitaire Covid-19, qui a tari les IDE et sévèrement affecté les finances publiques.


Le Royaume  à la recherche  d’investissements….
Aussi, des délégations des différents ministères (certainement composées des secrétaires généraux, des chefs de départements et des directeurs d’organismes sous tutelle concernés) qui pilotent ces chantiers vont se succéder in situ au Pavillon du Maroc pour séduire les investisseurs potentiels. Les membres de la délégation du ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau présenteront, par exemple, les projets de poursuite de l’édification du réseau autoroutier qui portent cette année sur une enveloppe de 4,5 milliards de DH ; le projet de poursuite de la réalisation du port Nador West Med dont le coût est estimé à 9,88 milliards de DH et dont le taux d’avancement à fin juin 2020, a atteint 48%. Ils chercheront aussi à vendre les projets de construction de 5 grands barrages dans les régions de Marrakech-Safi, de Casablanca-Settat, de Béni Mellal-Khénifra, de Souss Massa et de l’Oriental pour dynamiser le programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation. Avec l’ONP, le projet d’édification des ouvrages de protection du port de Casablanca dont le coût global est estimé à 1,08 milliard de DH sera, entre autres, mis en exergue. Alors que le staff dirigeant de l’ONCF fera certainement aussi le déplacement pour trouver des partenaires financiers qui l’aideront à l’acquisition du matériel roulant pour un montant de plus de 1,6 milliard de DH.

Dans les énergies  renouvelables
De leur côté, les membres de la délégation du ministère de l’Energie, des mines et de l’environnement s’emploieront, par exemple, à susciter l’intérêt des investisseurs pour participer aux appels d’offres des projets solaires, éoliens, hydrauliques et liés à la production d’hydrogène vert en cours d’opération. Dans le solaire, il s’agit des 1.800 Mégawatts de projets solaires à déployer à travers l’édification des centrales Noor Tafilalet, Noor Atlas, Noor PVII, Noor Argana et la phase 1 de Noor Midelt. Dans l’éolien, il faut également relancer les 850 MW de projets en stand by et aiguiser l’appétit des investisseurs pour aller au-delà. Dans l’hydrogène vert, encore appelé Power-To-X, où le Maroc est également dans une très bonne dynamique, il s’agit de trouver des partenaires pour booster le chantier d’édification de l’infrastructure de production et de recherche, tel qu’il est contenu dans la nouvelle feuille de route nationale 2020 – 2030 sur le Power-To-X . Signalons que le Maroc mise énormément sur cette nouvelle source d’énergie en vogue pour atteindre rapidement les 52% de production d’électricité à partir de sources renouvelables dans son mix énergétique à l’horizon 2030. En effet, les promesses qui lui ont été faites sur le Power-To-X par deux études sont très, très alléchantes. En effet, ces dernières, qui ont été réalisées en 2019, ont révélé que grâce à sa situation géographique privilégiée et son potentiel exceptionnel en énergies éolienne et solaire, le Maroc pourrait capter une part non négligeable de la demande de Power-to-x, estimée entre 2 et 4% de la demande mondiale dès 2030. À cet horizon, l’ammoniac vert offrirait d’importantes opportunités au pays pour satisfaire les besoins de son industrie locale des engrais et celle du marché international à long terme.

…Et dans le tourisme
Comme autres exemples de chantiers qui seront également mis en exergue à Expo Dubaï 2020 pour trouver des investisseurs, il y aura aussi ceux pilotés par l’actuel ministère du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale. En effet, le tourisme est l’un des secteurs qui a été le plus affecté par la crise sanitaire Covid-19. Des pans entiers d’activités de ce secteur sont effondrés. Plusieurs établissements ont mis la clef sous le paillasson et il y a donc beaucoup à faire pour relancer le secteur, ce qui constitue autant d’opportunités. En tous cas, Nadia Fettah Alaoui, qui a ce portefeuille ministériel et qui est également Commissaire générale de la section marocaine de l’expo Dubaï 2020, n’entend pas faire de la figuration. Comme les autres membres de l’équipe Maroc, elle profitera des événements scientifiques et économiques, mais également culturels, pour conquérir des investisseurs. C’est donc clair, le Maroc sera à Dubaï pour faire du business, avec l’art et la culture comme armes de séduction.

Le Pavillon Maroc érigé sur sept niveaux

Sur le site d’Expo Dubaï 2020, le Pavillon Maroc bénéficie d’un emplacement privilégié, au cœur du district «Opportunité», près du pavillon du pays hôte, les Emirats Arabes Unis et non loin d’Al Wasl Plaza, le monument central du site. Son architecture et les techniques mises en œuvre, inspirées des traditions ancestrales de construction en terre, le situent résolument dans le 21e siècle où durabilité et réduction de l’empreinte environnementale sont des enjeux majeurs. D’une superficie intérieure de 3 500 m2, le Pavillon Maroc propose une expérience surprenante à la fois informative, immersive et participative. Sa visite a été pensée comme une déambulation autour d’un patio central. Elle donne accès à 13 salles sur 7 étages, présentant chacune un univers unique : une expérience scénographique à portée didactique, une expérience artistique à vocation inspirante, le tout dans une forme attractive et ludique qui implique aussi bien le corps que l’esprit. Le Pavillon Maroc héberge également une salle de conférences, un espace B2B, un espace VIP, un restaurant gastronomique, un street food, une tisanerie et une boutique. Bref, tout ce qu’il faut pour offrir un vrai voyage des sens aux visiteurs invités à soutenir les investissements dans le pays.

Une programmation culturelle pour montrer l’effervescence artistique du Royaume

Durant six mois, le Maroc proposera une programmation culturelle et artistique au sein de son pavillon et dans les différents espaces mis à disposition au sein du site Expo 2020 Dubaï. Cette programmation inclura expositions, performances, spectacles, concerts, animations, défilés, valorisant la diversité culturelle de toutes les régions du Royaume. Des temps forts sont prévus, avec comme point d’orgue le National Day du Maroc, le 26 décembre 2021, date à laquelle le pays sera mis à l’honneur. Le Royaume déploiera, à cette occasion, un programme particulièrement fédérateur et festif. Cette journée permettra à tous les visiteurs, et au-delà, de s’immerger dans la culture et l’effervescence artistique du Maroc.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page