Éco-Business

Secteur minier. Formation : l’ENSMR table sur la « mine digitale »

L’École nationale supérieure des mines de Rabat table sur la formation en mine digitale pour répondre aux besoins des industriels du secteur des mines au Maroc.

Le département des Mines, en activité depuis la création de l’École nationale supérieure des mines de Rabat (ex. ENIM), en 1972 a toujours œuvré pour l’adaptation du cursus de formation aux besoins des industriels du secteur des mines au Maroc. En effet, la formation au département est focalisée sur l’exploitation et la valorisation minière. Ce noyau dur représente le socle fondamental et constitue la richesse de la formation dispensée au département. Toutefois, pour répondre aux besoins en formation sectorielle et adapter les profils des ingénieurs d’état aux compétences nécessaires à la profession, plusieurs réajustements d’amélioration ont été effectués au fur et à mesure des phases d’évaluation et d’accréditation de la filière mine appelée actuellement Aménagement et exploitation du sol et sous-sol (AESSS). Les exemples sont légion. L’intégration du génie civil associé à l’exploitation minière (géotechnique, géomécanique et géomatériaux) pour le dimensionnement, l’analyse et la stabilisation des ouvrages et digues miniers, l’intégration de la modélisation spatiale (Télédétection et SIG) pour l’évaluation des impacts, la corrélation spatiale, le choix des sites des digues minières et le calcul des volumes, l’intégration de la géostatistique minière pour la modélisation 3D des gisements pour l’estimation des réserves, la planification et l’optimisation de l’exploitation, l’intégration de la qualité et du contrôle de la qualité pour la maîtrise des chaînes de production et la planification, l’intégration des considérations environnementales et sécuritaires en réponse aux besoins législatifs introduits par le nouveau code minier (réglementation et législation) en vigueur actuellement. Les évaluations et les accréditations des filières sont régies par la réglementation de l’enseignement supérieur en vigueur. Pour cela, le Cahier des normes pédagogiques nationales (CNPN) de la filière de cycle d’ingénieurs en mines est édité périodiquement pour mieux structurer les réformes, capitaliser les expériences et répondre aux nouvelles attentes de la profession. À titre d’exemple, après la filière Mine, le département a proposé en 2012 une amélioration qui a abouti à la filière Aménagement, exploitation et protection du sol et sous-sol (AEPSSS).


L’apport de la digitalisation dans les projets miniers
Par la suite en 2014, le département a procédé à un second réajustement et mise à jour du contenu du cahier des charges pédagogiques, ce qui a conduit au changement de l’intitulé de la filière en Aménagement et exploitation du sol et sou-sol (AE3S). Le prochain réajustement du programme de formation de la filière AE3S est en cours de réalisation. Le nouveau programme sera axé principalement sur l’intégration du concept de la mine digitale dans la formation des futurs ingénieurs d’état. Le département mine est conscient de l’apport de la digitalisation dans les projets miniers connus par leur complexité et par les risques professionnels et industriels qu’ils présentent. Dans ce contexte, il est en cours de consolider la formation des ingénieurs d’état dans ce domaine. Ceci est réalisé en étroite concertation avec plusieurs acteurs de la profession notamment la Fédération de l’industrie minérale (FDIM) qui appuie, accompagne et encourage les actions du département dans ce sens et la compagnie minière Managem qui propose des projets de fin d’étude pertinents dans le domaine de la transformation digitale des mines. Dans le même contexte, d’autres actions ont été menées, telles que la mise en place d’une collaboration entre le département mine et la compagnie internationale DATAMINE et la participation dans le consortium «Mine intelligente connectée» qui regroupe le centre de recherche MAScIR, la compagnie Managem, l’ENSIAS et l’UCAM.
Toujours dans le cadre de la transformation digitale dans le secteur minier, le département Mine planifie de mettre en place une plateforme numérique de digitalisation et de développement des projets miniers (Digital Mine Centre). Cette plateforme représentera un pilier important dans plusieurs disciplines liées à la planification, la gestion et la valorisation des ressources naturelles et environnementales. En outre, elle permettra de capitaliser et gérer les bases de connaissance utilisée dans le secteur minier et d’en promouvoir le développement. Finalement, elle constituera une infrastructure d’apprentissage pour répondre aux nouveaux besoins de formation des futurs ingénieurs des mines.

Khadim Mbaye / Les Inspirations Éco Docs

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page