Éco-Business

Salma Ammor : “Nous avons pour projet d’aller rapidement sur la région MENA”

Salma Ammor.
Co-fondatrice de GOAcommerce

GOAcommerce, jeune entreprise marocaine spécialisée dans l’e-commerce, a récemment reçu un financement de 3 MDH de CDG Invest dans le cadre du programme 212 Founders. Un financement qui permet à la startup de démarrer sa phase d’accélération et poursuivre ainsi sa croissance.


CDG Invest a annoncé, récemment, sa prise de participation dans votre projet à hauteur de 3 MDH. Qu’est-ce que cela représente pour vous ?
Nous sommes très heureux d’avoir un investisseur tel que CDG Invest, pour notre financement en seed. Cet investissement financier et stratégique représente un grand milestone pour toute l’équipe GOAcommerce. Ce financement servira à soutenir notre croissance au cours des prochains mois. Nous avons d’ores et déjà démarré une campagne de recrutement. D’ailleurs, nous recherchons des développeurs pour l’équipe IT et des responsables grands comptes pour l’équipe commerciale, qui nous rejoindraient dans les prochains mois.

Parlez-nous de votre participation au programme d’accompagnement 212 Founders …
212 Founders est un programme d’incubation et d’accélération de startups qui nous a permis de nous structurer pour mieux appréhender la levée de fonds. C’est un environnement d’entrepreneurs, de mentors, très stimulant, qui nous aide dans nos réflexions stratégiques au quotidien. Une belle aventure entrepreneuriale et humaine qui va continuer dans notre phase d’accélération. Je suis très fière de voir que le Maroc est en train de développer un écosystème de startups aux standards internationaux.

Concernant le projetGOAcommerce, pouvez-vous revenir sur sa création? Comment vous est venue l’idée de ce projet ?
GOAcommerce a été lancé fin 2018. Après plus de cinq ans dans l’e-commerce, j’ai réalisé que les marques trouvaient des difficultés à se positionner sur ce nouveau canal. Elles devaient chercher un distributeur outillé pour le canal de la vente en ligne, avoir une expertise en interne qui était compliquée à trouver. GOAcommerce répond donc aux problématiques des marques et des distributeurs.

Quel est le business model de GOAcommerce et qu’est-ce qui la différencie sur le marché ?
GOAcommerce est un facilitateur e-commerce, full service à destination des marques, ou des distributeurs ou des fabricants qui souhaitent vendre à succès en ligne. Nous sommes le bras armé des marques, sur le volet e-commerce. Nous avons deux services pour les marques. Le premier service e-store, donc la gestion de leur e-boutique, que ce soit sur les marketplaces, leur site de vente en ligne ou sur les réseaux sociaux. Grâce à notre outil technologique, nous nous connectons à toutes ces interfaces de manière simultanée, pour lister les produits. Le deuxième service est un service d’e-logistique. Nous avons nos entrepôts où nous faisons le stockage, la préparation et l’envoi des commandes. Il s’agit de la gestion du premier kilomètre.

Qui se cache derrière le projet ?
Une histoire d’amitié marocco-tunisienne. Nous nous sommes rencontrées, mon associée et moi, sur les bancs de l’université. Emna Makni, a suivi un parcours de conseil et de finance d’entreprise. Quant à moi, j’étais dans des startups qui opéraient dans l’e-commerce. Nous avons des parcours complémentaires.

Comment s’est déroulé le lancement de votre projet ? Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?
Nous avons eu des marques internationales qui nous ont fait confiance pour le lancement. Le lancement n’est pas facile, car on lâche nos carrières pour se lancer dans une aventure, qui demande d’y croire assez pour continuer d’avancer. Nous avons lancé le projet rapidement au Maroc et en Tunisie, car les marques partenaires souhaitaient le même service sur les deux pays. Je me suis focalisée sur le lancement au Maroc et mon associée, sur la Tunisie. L’une des difficultés est le manque de ressources.

Quelle était votre source de financement ?
Chacune de nous, a mis une partie de ses économies pour le démarrage.

De quels accompagnements avez-vous bénéficié ?
Nous avons uniquement bénéficié de l’accompagnement 212 Founders.

Étant donné que l’e-commerce est votre domaine de prédilection, quel regard portez-vous sur ce secteur au Maroc ?
L’e-commerce au Maroc a un taux de pénétration de 1,5%, ce qui est un stade embryonnaire. Les challenges sont à la fois au niveau des marques et du consommateur. Les marques ne sont pas prêtes à beaucoup investir dans un canal encore petit, alors que c’est aujourd’hui qu’il faut se positionner. Les consommateurs font encore peu confiance à ce nouveau canal. Cependant, les habitudes ont énormément changé pendant cette période de crise sanitaire. Le consommateur adopte de nouvelles habitudes d’achats et l’e-commerce est rentré dans les mœurs.

Quelles sont vos ambitions, vos projets pour l’avenir ?
Nous avons pour projet d’aller rapidement sur la région MENA et recruter une équipe pour nous accompagner dans notre croissance. 

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page