Éco-Business

Rapports intrafamiliaux : à quand la révolution ménagère ?

Les deux dernières années ont été très singulières pour l’économie en général et pour les ménages en particulier. Néanmoins, la crise sanitaire aura tendu à la société un miroir grossissant de ses inégalités quant à la situation économique, sociale et psychologique des ménages. Ainsi, un rapport publié par le HCP lève le voile sur les répercussions du Covid sur les rapports sociaux intrafamiliaux.

Bien que les faits montrent que les femmes sont entrées massivement sur le marché du travail, le déséquilibre entre les tâches ménagères demeure le même. En ce sens, le Haut-commissariat au plan s’est penché sur la situation des ménages pour fournir des rapports sur l’impact de la crise, et révèle des inégalités profondes dans la sphère privée. Réalisé auprès d’un échantillon de 12.000 ménages, le rapport présente l’évolution des rapports sociaux Homme-Femme en termes d’emploi du temps dans toutes ses dimensions, notamment, le temps consacré à chaque type d’activités, ainsi que le partage des tâches domestiques.

Les femmes consacrent 3 h 51 min aux travaux ménagers contre 5 min pour les hommes
L’expérience vécue avec l’évènement exceptionnel du Covid aura conduit les femmes à être impliquées davantage dans les travaux ménagers. Le rapport dévoile que la part des femmes impliquées dans les travaux ménagers est de 92% contre 24% des hommes au niveau national, 26% en milieu urbain et 22% en milieu rural. La part des hommes impliqués dans ces travaux a reculé de près de la moitié, en comparaison avec la période de confinement, soit 45% au niveau national, 49% en milieu urbain et 37% en milieu rural.

Pour être plus précis, le temps journalier moyen alloué aux travaux ménagers à l’intérieur et à l’extérieur du domicile est de 2 h 29 min pour les personnes âgées de 15 ans et plus, 2 h 22 min pour les citadins et 2 h 44 min pour les ruraux. Les femmes y consacrent 4 h 17 min contre 38 min par les hommes, et les citadines 4 h 4 min contre 4 h 43 min par les rurales.

La durée moyenne réservée aux travaux ménagers à l’intérieur du domicile, à savoir cuisine, vaisselle, linge et le reste, est de 2 h par jour, soit  3 h 51 min pour les femmes et 5 min pour les hommes. Le temps moyen affecté à ce genre de tâches a baissé de 37 min (36 min pour les femmes et 40 min pour les hommes) en comparaison avec la période de confinement où ce temps a enregistré une hausse moyenne de 33 min par jour par rapport à une journée normale d’avant le confinement. Il est à rappeler, selon les résultats du 2e passage de ce panel, que cette hausse a concerné davantage les hommes (40 min) que les femmes (28 min).

Les hommes sont plus impliqués dans les travaux ménagers à l’extérieur
Les hommes sortent victorieux quant au temps moyen habituellement consacré aux activités ménagères à l’extérieur du domicile. Ce dernier n’a pas connu de changements en comparaison avec la période d’avant-pandémie pour plus de 90% des hommes et des femmes concernés par ces activités.

Ainsi, le temps consacré aux travaux ménagers exercés à l’extérieur du domicile (courses, paiement de factures, affaires administratives, approvisionnement en eau et en bois, ou autres) est en moyenne de 30 min par jour, soit 33 min pour les hommes et 26 min pour les femmes. Les travaux ménagers à l’extérieur du domicile sont exercés par les hommes (75%) plus que les femmes (45,8%).

Les femmes s’occupent plus de l’accompagnement scolaire des enfant
Le temps moyen alloué à l’accompagnement scolaire des enfants du ménage de moins de 15 ans est de 6 min par jour (8 min en milieu urbain et 2 min en milieu rural). Les femmes (27%) sont plus impliquées que les hommes (20%) dans ces tâches et les citadins (29%) plus que les ruraux (14%).

Les personnes ayant un niveau d’études supérieur sont beaucoup plus nombreuses (54%) à exercer cette activité que celles ayant un niveau primaire ou collégial (24%), et y consacrent respectivement une durée moyenne de 15 min par jour (19 min pour les femmes contre 11 min pour les hommes) contre 6 min (9 min par les femmes contre 3 min par les hommes). Ce temps a reculé de plus de 3 fois par rapport au temps journalier moyen accordé à cette activité pendant le confinement (25 min pour les femmes et 16 min pour les hommes).

Pour ce qui est des soins apportés aux enfants, les femmes y passent 5 fois plus de temps que les hommes. Le temps journalier moyen consacré aux soins des enfants est de 14 min. Il se répartit de manière inéquitable entre les hommes (4 min) et les femmes (24 min). L’engagement de la femme au marché de travail réduit ce temps en comparaison avec la femme au foyer, respectivement 19 min contre 31 min. En conclusion, le temps moyen consacré aux soins des enfants est resté pratiquement le même comparé à la situation d’avant confinement pour 83% parmi ceux qui exercent ces activités, 4,5% y passent plus de temps et 7,6 % moins de temps.

L’égalité entre conjoints adoptée par 1 couple sur 10
Au sein du couple, les travaux domestiques sont principalement à la charge de la conjointe, selon 75% des hommes et 79% des femmes, ou sont délégués aux femmes ou/et aux filles du ménage autres que la conjointe, selon 13,7% des hommes et 11,3% des femmes.

Ces tâches sont prises en charge principalement par le conjoint, selon 5% des hommes et 2,6% des femmes. Le partage équitable des tâches ménagères entre les conjoints au sein du couple est respecté par 5,6 % des hommes et 3,5% des femmes avec un niveau nettement plus élevé parmi les plus instruits (13,8% selon les hommes et 9,6% selon les femmes).

L’appropriation des tâches ménagères est un peu plus atténuée par les femmes actives occupées (73% contre 82% des femmes au foyer), les plus âgées (72%) et les femmes ayant un niveau scolaire supérieur (72,3%). Cette situation d’inégalité dans le partage des charges domestiques s’avère – paradoxalement – acceptée par les deux partenaires du couple et satisfait plus de 95% d’entre eux (87% des hommes et 85% des femmes sont satisfaits et respectivement 11% et 12% sont moyennement satisfaits).

Kenza Aziouzi / Les Inspirations ÉCO
Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page