Éco-Business

Logistique. Freterium ambitionne de digitaliser le marché

La startup Freterium, plateforme collaborative de gestion et de suivi du transport routier de marchandises, revient sur la levée de fonds réalisée auprès de CDG Invest. L’entreprise vise le développement d’une logistique digitalisée.

Fondée par deux ingénieurs, Mehdi Cherif Alami et Omar El Kouhene, Freterium vise à transformer les chaînes logistiques en remplaçant les processus manuels par un écosystème entièrement connecté. La startup propose la première Transport Management Platform (TMP) de la région Afrique-Moyen-Orient qui combine les principaux modules d’un TMS (Transport Management System) et la connectivité d’une plateforme collaborative de visibilité avancée. Elle fait partie de la première promotion du programme 212 Founders, lancé en septembre 2019 par CDG Invest, la branche investissement du Groupe Caisse de dépôt et de gestion (CDG).

À l’issue d’un processus de candidature sélectif et exigeant, Freterium a été retenue parmi les vingt startups sélectionnées sur près d’un millier de candidats pour participer à ce programme. Après six mois d’accompagnement en incubation et un passage en comité d’investissement, CDG Invest a décidé d’investir et est désormais actionnaire de la jeune startup. Freterium a intégré la phase d’accélération de 212 Founders qui a pour objectif de les préparer au mieux dans leur développement commercial et technique lors des douze à dix-huit prochains mois.

«Nous remercions les équipes de CDG Invest et du programme 212 Founders de croire en notre mission. Freterium, c’est aussi pour nous la volonté de contribuer au développement industriel et à la compétitivité du Maroc et plus largement des pays émergents», déclare Mehdi Cherif Alami.

Dans un marché extrêmement fragmenté (65.000 transporteurs au Maroc ayant en moyenne 2 camions seulement) où l’ensemble de l’écosystème est très peu digitalisé, la majorité des flux de marchandises sont sous-traités par les donneurs d’ordres à des entreprises de transport routier. Freterium transforme les chaînes logistiques en remplaçant les processus manuels par un écosystème entièrement connecté. Les principaux enjeux étant de booster la productivité, baisser les coûts et améliorer la satisfaction client, l’enjeu est d’améliorer la compétitivité logistique de tout le pays. Les opérations de transport de marchandises sont très peu digitalisées au Maroc et en Afrique. Il y a beaucoup à faire. «En utilisant les dernières technologies, Freterium permet d’automatiser, d’optimiser et de suivre en temps réel les opérations quotidiennes de transport. C’est une plateforme 100% made in Morocco qui permet de digitaliser les opérations de transport routier de marchandises des industriels, distributeurs, e-commerçants et logisticiens», affirme le co-fondateur. De la prise de commande jusqu’à la livraison chez le client final, Freterium permet de piloter en temps réel les expéditions de bout en bout, qu’elles soient réalisées par une flotte propre ou des prestataires de transport. La startup propose 4 principaux modules pour l’instant, l’automatisation et l’optimisation de la planification,
le dispatch, track & trace, la gestion des coûts et l’analytique avancée. 


Mehdi Cherif Alami
Cofondateur de Freterium

«Nous avons des projets révolutionnaires»

Freterium a réalisé une levée de fonds auprès de CDG Invest. Quel est l’intérêt de cette opération pour la startup ?
Cette levée de fonds auprès de CDG Invest, la branche investissement du Groupe Caisse de dépôt et de gestion (CDG) va nous permettre d’avoir les moyens de nos ambitions. Nous souhaitons mieux servir nos clients, innover davantage, ce qui est primordial dans notre activité et accélérer notre croissance. Au-delà de l’apport financier, nous avons intégré la phase d’accélération de 212 Founders, programme de CDG Invest destiné aux startups qui a pour objectif de nous préparer au mieux dans notre développement et notre internationalisation lors des douze à dix-huit prochains mois.

À quoi servira cette levée de fonds ?
Nous allons utiliser la majorité des fonds pour recruter les meilleurs talents locaux, notamment des ingénieurs pour le volet recherche et développement (R&D). Nous avons des projets qui pourraient être révolutionnaires pour le secteur du transport et nous avons besoin de superstars pour les mettre en œuvre. Notre proposition de valeur est unique et innovante et nous devons conserver une longueur d’avance sur la partie tech pour continuer à impacter significativement le secteur du transport et de la logistique.

Comment se porte l’activité du transport logistique au vue de la situation pandémique actuelle ?
Le secteur du transport et de la logistique n’a pas été épargné par la crise sanitaire mais les professionnels du transport, chez les donneurs d’ordres comme chez les transporteurs, ont su faire preuve d’énormément d’agilité par rapport à cette situation inédite et ont renforcé leur collaboration. Dans notre secteur d’activité, le digital s’est imposé comme une nécessité impérieuse et tous les professionnels ont admis qu’il était temps d’accélérer. Nous constatons un véritable engouement de la part des donneurs d’ordres ces dernières semaines. Cette crise a tout de même le mérite d’avoir été le catalyseur d’un basculement profond des usages qui a entraîné des réflexions pragmatiques et va nous faire avancer à pas de géant. Chez Freterium, nous sommes convaincus que davantage de collaboration et de digitalisation permettront à tout l’écosystème logistique d’être plus résilient, plus agile et plus compétitif. Il est toutefois nécessaire d’accompagner ces initiatives par des incitations et programmes de soutiens adéquats ainsi que des évolutions réglementaires indispensables pour impulser cette transformation.

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page