Éco-Business

Le Maroc tarde à se doter d’un cadre légal

Six mesures phares susceptibles de développer l’économie numérique ont été formulées par l’association Le Maroc Digital.


L’association Le Maroc Digital, table sur six principales mesures pour que le Maroc bénéficie des opportunités de la nouvelle économie numérique. À l’instar de ce qui a été fait aux Etats-Unis en vue d’encourager l’e-commerce, l’association qui forme le principal réseau d’entrepreneurs dédié au potentiel économique et social du digital au Maroc exige l’allégement ou la réduction de la TVA en plus de l’arrêt du monopole de Poste du Maroc pour les colis de moins d’1 kg afin de favoriser la compétitivité pour la logistique de l’e-commerce.

Parmi les propositions formulées aussi figure le basculement progressif des subventions de la presse écrite, la plus lue, vers la presse électronique dont le lectorat augmente en volume. Mais du point de vue des professionnels, c’est la mise en place d’un cadre réglementaire qui développera davantage cette activité.

A cet égard, un cahier des charges est indispensable selon ladite association pour encadrer et encourager les métiers du digital à travers la mise en place de plates-formes technologiques de mise en relation, mais aussi les agences de marketing digitales et médias en ligne. Des pays comme la Malaisie avec le crowdfunding, ou encore les Philippines, ont récemment initié un cahier des charges sur ces plates-formes technologiques de transport alors qu’une loi pour encadrer et encourager le crowdfunding est en discussion au Maroc mais n’a pas encore aboutie. De surcroit, l’association qui œuvre depuis près de deux ans à l’accompagnement et au développement du secteur a appelé à une libéralisation totale du marché des paiements en ligne afin de réduire les frais de paiement. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page