Éco-Business

Le déficit du Trésor s’allège de 6 MMDH

Au terme du premier trimestre, le déficit du Trésor s’est établi à 10,8 MMDH contre 16,7 MMDH une année auparavant. Une embellie due principalement à la contribution des Comptes spéciaux du Trésor.


En dépit d’une conjoncture économique difficile, les finances publiques sont en nette amélioration en ce début de l’année. Selon les statistiques de la Trésorerie générale du royaume (TGR), le défit du Trésor s’est établi à 10,8 MMDH à fin mars derniers contre 16,7 MMDH une année auparavant. Une embellie qui s’explique principalement par la bonne performance des Comptes spéciaux du Trésor (CST) qui affichent au terme du premier trimestre un solde positif de 7,4 MMDH contre seulement 2,2 MMDH à la même période de l’année dernière. Notons que ces recettes incluent les versements des pays du Conseil de coopération du Golfe qui s’élèvent à près de 906 MDH.

Plus globalement, la situation des charges et ressources du Trésor arrêtée à fin mars 2016 laisse apparaître une hausse des recettes ordinaires de 0,2% et une baisse des dépenses ordinaires émises de 5,4%, dégageant ainsi un solde ordinaire positif de 1,7 MMDH. Côté recettes, les changements les plus notables ont été enregistrés auprès de celles non fiscales: elles se sont établies à 1,9 MMDH à fin mars contre 5,7 MMDH un an auparavant, en diminution de 66% (soit moins de 3,8 MMDH), en raison notamment de la baisse de 63% des recettes en atténuation des dépenses de la dette (769 MDH contre 2,076 MMDH) et de 93,2% des recettes des monopoles (142 MDH contre 2,1 MMDH).

Les recettes des monopoles et participations ont flanché à cause de la non-récurrence du versement par l’OCP de 1 MMDH l’année dernière. De l’autre côté, les dépenses émises au titre du budget général ont été de 85,6 MMDH à fin mars 2016, en baisse de 5,2% par rapport à leur niveau à fin mars 2015, en raison de la diminution de 8,9% des dépenses de fonctionnement et de 11,8% des charges de la dette budgétisée, conjuguée à la hausse de 13,5% des dépenses d’investissement. Les émissions de dépenses au titre de la compensation ont continué de baisser pour s’établir à 1,3 MMDH contre des émissions de 7,4 MMDH à fin mars 2015, en diminution de 82,6% (soit moins de 6,1 MMDH).


 

Financement tous azimuts

Compte tenu de cette configuration des finances publiques, le Trésor a eu recours au financement intérieur pour un montant de 7 MMDH contre un recours au financement intérieur de 21,6 MMDH à fin mars 2015. Le Trésor a effectué plusieurs opérations dans le marché intérieur: le recours au marché des adjudications pour un montant net de 5,1 MMDH contre 13,6 MMDH un an auparavant, la hausse des dépôts au Trésor de 6,1 MMDH contre une diminution de 655 MDH à fin mars 2015 et la reconstitution des disponibilités du Trésor auprès de Bank Al-Maghrib pour 3,5 MMDH contre 1,4 MMDH à fin mars 2015. Le financement extérieur, lui, a été positif, de 3,8 MMDH, en raison du remboursement du principal de la dette extérieure pour 2,5 MMDH contre des tirages de 6,3 MMDH dont 4,4 MMDH auprès de la BIRD, 760 MDH auprès de la BAD, 712 MDH auprès du Japon et 419 MDH auprès du FADES.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page