Éco-Business

La 5e réunion ministérielle de l’UPM : la Team Europe Initiative mobilise 2,8 milliards d’euros

La 5e réunion ministérielle de l’UPM, qui se tient à Marrakech, a accueilli le lancement de l’Initiative Equipe Europe (IEE), «la Team Europe Initiative régionale sur l’emploi et le travail» ainsi que le Hub de l’UpM pour l’emploi. Selon la cartographie des actions futures, le budget cumulé de cette IEE régionale s’élève à environ 2,8 milliards d’euros.

Crise sanitaire, dérive inflationniste et contraction du pouvoir d’achat… jamais la question de l’emploi n’aura suscité autant d’intérêt aussi bien du côté des pouvoirs politiques que des opérateurs économiques. Et les pays du pourtour méditerranéen ne dérogent pas à cette règle, particulièrement avec les répercussions de la guerre en Ukraine qui continue à perturber les économies.


À l’occasion de la tenue de la 5e réunion ministérielle de l’Union pour la Méditerranée (UpM) sur l’emploi et le travail, les 42 États membres de l’UpM réunis à Marrakech, du 17 au 18 mai, ont mis en exergue la nécessité d’apporter plus de réponses concrètes à la question de l’emploi et de l’employabilité surtout pour les catégories les plus vulnérables, notamment les jeunes générations et les femmes, avec plus d’autonomisation économique. Il s’agit aussi de la préparation d’un plan d’action en la matière pour les années à venir.

Il va sans dire que les pays des deux rives du bassin méditerranéen ont été durement touchés par la pandémie de Covid-19. Cette crise sanitaire a exacerbé les défis socio-économiques existants, qui caractérisent en particulier les pays du sud de la Méditerranée. C’est pourquoi le chômage des jeunes reste une préoccupation majeure des deux côtés de la Méditerranée.

«Une personne sur trois au sein de cette région a moins de 25 ans. C’est un énorme atout et en même temps, une grande obligation de répondre aux espoirs des jeunes qui cherchent leur place dans la société», explique Nicolas Schmit, commissaire européen responsable de l’emploi et des droits sociaux.

En ajoutant qu’à travers «le thème de cette 5e réunion ministérielle de l’UpM, la devise de l’intégration européenne, telle que formulée par Schuman, consiste à coaliser des États et à unir les hommes et les femmes. C’est ce que nous poursuivons dans le cadre de l’Union pour la méditerranée.

À fortiori, notre mobilisation commune est plus nécessaire que jamais pour ouvrir de nouvelles perspectives en faveur de nos concitoyens afin d’attaquer les grands problèmes sociaux qui nous guettent. Nous devons continuer à mettre en place des politiques d’emploi et des programmes économiques pour appuyer davantage l’insertion des jeunes et les doter des compétences essentielles», ajoute-t-il.

Les jeunes, une partie de la solution


Pour sa part, Nasser Kamel, secrétaire général de l’UpM a précisé que «le fait de relever les défis liés à l’emploi nécessite une compréhension à plusieurs niveaux de leur nature alors que notre histoire commune est celle de la résilience et des solutions innovantes aux problèmes régionaux».

Afin d’assurer une reprise inclusive sur le marché du travail dans la région euro-méditerranéenne, Nayef Stetieh, ministre jordanien du Travail a précisé de son côté que «les jeunes ne sont pas un problème, mais une partie de la solution». Selon lui, «les défis liés à l’emploi et l’employabilité se sont accentués à cause du contexte sanitaire et d’autres facteurs. Ce qui a entraîné la hausse du chômage et de la pauvreté, tout en impactant aussi le secteur informel, d’où la nécessité de créer des emplois décents pour l’ensemble des catégories et d’améliorer leurs conditions de travail», estime-t-il.

Mettant l’accent sur les actions du gouvernement marocain, notamment le lancement des programme Awrach et Forsa, Younes Sekkouri, ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences a également mis en exergue l’institutionnalisation du dialogue social et la signature de l’accord éponyme entre le gouvernement, la CGEM, la COMADER et les centrales syndicale, en déclarant : «Pour la première fois, nous disposons d’un agenda précis, notamment concernant la promulgation de la loi portant sur l’exercice du droit de grève au 1er janvier 2023 et l’amendement du Code du travail au 1er Juillet de la même année. Notre objectif, par ailleurs, est de passer de 22% de taux de femmes exerçant un travail à 35 % d’ici la fin de cette législature.»

Initiative Équipe Europe : 2,8 milliards d’euros
Depuis février 2022, l’Union européenne a ouvert un nouveau chapitre dans son partenariat stratégique avec son voisinage méditerranéen. Le nouvel agenda pour la méditerrané, avec son plan économique et d’investissement, a été élaboré en concertation avec les pays partenaires. Il vise à stimuler la reprise socioéconomique à long terme.

Dans ce sens, l’une de ses initiatives phares, lancée en marge de cette rencontre, est l’Initiative Équipe Europe (IEE) -ou Team Europe- régionale pour le voisinage sud, en faveur  des emplois grâce au développement du commerce et de l’investissement.

À cela s’ajoute le Hub de l’UpM pour l’emploi, le commerce et la promotion des investissements. Il vise à soutenir l’UpM dans ses efforts visant à renforcer et à développer des approches innovantes en matière de coopération régionale dans les domaines précités.

Par ailleurs, l’IEE, qui bénéficie du soutien de la Commission européenne, de l’Allemagne, de la France, de l’Espagne et de l’Italie, ainsi que de la Banque européenne d’investissement (BEI) et de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), concentre ses efforts sur un objectif commun : le développement du commerce, de l’investissement et des politiques d’entrepreneuriat, ainsi que les instruments de promotion pour la création d’emplois décents.

Selon la cartographie des actions futures, le budget cumulé de cette IEE régionale s’élève à environ 2,8 milliards d’euros. Ce chiffre englobe les futures initiatives bilatérales et régionales, avec 78 nouveaux projets identifiés, visant à créer des emplois, à mobiliser des investissements et à soutenir les entreprises. L’action régionale permettra une coopération sur ces thèmes essentiels et encouragera le partage des meilleures pratiques et la mise en place d’approches innovantes.

L’IEE couvre trois thématiques, à savoir le commerce et l’investissement durables, la formation professionnelle et le renforcement des compétences ainsi que l’entrepreneuriat inclusif. Ces IEE sont des initiatives dans le cadre desquelles l’UE, ses États membres, leurs agences de développement et leurs institutions financières, ainsi que la BEI et la BERD entendent poursuivre des objectifs politiques et stratégiques communs.

La finalité d’un tel processus est de promouvoir, sous la bannière «Équipe Europe», des initiatives ayant un impact dans les pays partenaires, tant au niveau régional que national.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page