Éco-Business

Groupe BCP : impact limité du redressement fiscal

Le Crédit populaire du Maroc (CPM) a fait l’objet d’un contrôle fiscal portant sur l’IS, l’IR et la TVA, au titre des années 2018 à 2021. Le groupe bancaire a noté que «le travail de proximité et la pertinence des analyses lui ont permis de parvenir à un accord à l’amiable avec l’administration fiscale».

Il explique que l’impact du dénouement de ce contrôle fiscal a été totalement anticipé par le groupe dans les résultats 2022, grâce aux différents mécanismes dont il dispose, à savoir : une provision pour risques généraux (PRG) de près de cinq MMDH en social ; un fonds de soutien de 4,2 MMDH ; et un niveau de fonds propres adéquat, qui a été renforcé, notamment, par la cession de titres BCP par les Banques populaires régionales.

En conséquence, le montant de ce redressement fiscal n’aura qu’un impact limité sur sa rentabilité et ses fonds propres.

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page