Éco-Business

Economie d’énergie : une campagne d’initiation pilote à Casablanca

Une campagne pilote d’incitation à l’économie d’énergie vient d’être lancée par le ministère de la Transition énergétique et du développement durable et l’ONEE, le 1er novembre à Casablanca, à partir du Dispatching national de l’électricité de la ville. Les consommateurs qui auront réalisé des économies d’énergie électrique en novembre-décembre 2022, par rapport à la même période de l’année 2021, bénéficieront en 2023, d’un bonus qui varie proportionnellement à l’économie réalisée.

Le Royaume s’essaie à l’économie d’énergie à grande échelle où ce sont principalement les ménages qui sont mobilisés. Une campagne pilote vient d’être lancée dans ce sens par le ministère de la Transition énergétique et du développement durable (MTEDD) et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), le 1er novembre à Casablanca, à partir du Dispatching national de l’électricité de la ville.
Cette expérience originale d’incitation à l’économie d’énergie, qui vient en soutien à la campagne d’efficacité énergétique traditionnelle déjà entamée par le ministère et certains de ses organismes sous tutelle, vise à encourager les consommateurs finaux à optimiser leur consommation d’électricité durant les mois de novembre et décembre 2022.
Ainsi, ceux d’entre eux qui auront réalisé des économies d’énergie électrique, par rapport à la même période de l’année 2021, bénéficieront en 2023, d’un bonus qui varie proportionnellement à l’économie réalisée.
Objectif : économiser l’équivalent de la consommation énergétique de Tanger
En fait, l’objectif de l’ONEE et sa tutelle est de parvenir, à travers cette expérience pilote à Casablanca, à économiser au moins 5% de consommation énergétique par rapport à 2021. Ce faisant, l’énergie économisée durant la période novembre-décembre 2022 serait équivalente à la consommation d’une ville comme Tanger durant la même période (soit environ 275 GWh). En effet, selon les données fournies par l’ONEE, la consommation finale d’électricité au niveau national durant la période de novembre-décembre 2021, toutes tensions comprises, est de l’ordre de 5,5 TWh.
A signaler qu’au-delà des économies escomptées, le tandem ministère-ONEE vise également à travers cette expérience originale à inculquer une certaine culture de l’efficacité énergétique aux ménages mais aussi à développer un esprit de solidarité et d’engagement national dans ce domaine. Pour cause, nul ne sait quand est-ce que la flambée des cours des matières premières énergétiques au niveau international va s’arrêter. Surtout qu’en début octobre, les 25 membres des pays producteurs de pétrole (OPEP+) avaient décidé de diminuer leurs quotas de production de deux millions de barils par jour à partir de ce mois de novembre.
Ce que les analystes ont qualifié de baisse la plus importante depuis les coupes historiques décidées au printemps 2020, devant l’effondrement de la demande liée au Covid-19. Or, comme tout le monde le sait, la flambée des prix du pétrole impacte à la hausse notre facture énergétique nationale, puisque nous dépendons encore à plus de 90% de l’importation pour couvrir des besoins énergétiques, et ceci malgré les capacités de production en renouvelables entrées en service ces dernières années.
C’est pourquoi il est important d’activer l’efficacité énergétique qui est aujourd’hui un levier de compétitivité de l’économie et de réduction de la facture énergétique nationale.
Un test pour généraliser  la mesure aux secteurs énergivores
D’ailleurs, le MTEDD ambitionne de généraliser les mesures d’efficacité énergétique dans tous les secteurs d’activité, notamment les secteurs les plus énergivores, à savoir le transport qui représente environ 38% de la consommation énergétique finale, le bâtiment (33%), l’industrie (21%) et l’agriculture et l’éclairage public (8%). Il s’agit, notamment, de plus de 80 mesures d’efficacité énergétique identifiées et dont la mise en œuvre permettra l’atteinte d’une économie d’énergie d’au moins 20% à l’horizon 2030, à travers l’intégration de l’efficacité énergétique dans les nouveaux projets d’investissement et au niveau des dépenses publiques, le développement des métiers de l’efficacité énergétique ainsi que l’amélioration du cadre institutionnel. En attendant, signalons que parallèlement à l’expérience pilote à Casablanca, des actions d’efficacité énergétique sont également engagées au niveau des entreprises dans les secteurs industriels et tertiaires, notamment chez celles soumises à l’audit énergétique obligatoire. Certains équipements importés se sont vu fixer des performances énergétiques minimales, faute de quoi ils ne sont pas acceptés au niveau du marché national. Les sociétés de services énergétiques s’apprêtent aussi à entrer en action. Ceci sans oublier la décarbonation industrielle qui va prochainement s’accélérer.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Lions de l’Atlas : Comment Walid Regragui a métamorphosé l’équipe ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page