Éco-Business

Digitalisation : où en sont les sociétés financières ?

De grandes tendances se dessinent sur les volets stratégie, processus & technologie et culture digitale, révèle une enquête de la société de conseil européenne BearingPoint. Mais, la digitalisation reste encore très concentrée sur les processus transactionnels, en comparaison avec les processus décisionnels et prévisionnels.

Les dernières évolutions apportées par le numérique sont considérables. Dans ce contexte, de nombreuses stratégies émergent et confirment que la sphère financière est entrée dans une ère digitale. Dès lors, mesurer les enjeux d’une telle transformation et analyser le rôle primordial que les directions financières ont à jouer dans la transformation de la fonction finance et de l’entreprise dans sa globalité répond, sans doute, à un besoin réel du marché.


C’est dans cette optique que la société de conseil européenne BearingPoint a réalisé une nouvelle enquête. Menée en 2020 auprès d’une trentaine de directeurs financiers (CFO) d’entreprises marocaines de différentes tailles et dans divers secteurs d’activités, l’étude avait pour but d’évaluer l’avancement de ces entreprises en termes de transformation digitale de leur fonction finance sur les dimensions stratégie, processus & technologie et culture digitale. Présenté comme un livre blanc, le document de 30 pages est un condensé d’analyses, de témoignages et retours d’expérience de grands groupes marocains.

Afin de mesurer la maturité digitale de la fonction finance, BearingPoint s’appuie sur une matrice composée de 3 «vagues». La première se concentre sur l’optimisation de l’efficience opérationnelle et l’automatisation des tâches manuelles de la fonction finance.

Après cette étape, l’attention est portée vers les clients internes de la fonction finance. La troisième vague, elle, a trait au rôle de catalyseur de la transformation de l’entreprise grâce à l’automatisation et l’interconnexion des processus opérationnels et financiers, ainsi que la réinvention des chaînes de valeur de l’entreprise. Ainsi, il ressort de l’étude que la transformation digitale des directions financières marocaines est émergente.

«De grandes tendances se dessinent sur les volets stratégie, processus & technologie et culture digitale», soulignent les enquêteurs, avant d’ajouter que «d’un point de vue stratégique, les directions financières marocaines ont pour ambition de saisir les possibilités offertes par le digital en intégrant la digitalisation comme un axe fort de leur stratégie et en envisageant un budget d’investissement croissant dans les technologies digitales».

Concernant le volet processus et technologies, poursuivent les consultants de BearingPoint, il couvre principalement trois domaines, à savoir le consulting, les solutions et les ventures. La digitalisation reste ainsi encore très concentrée sur les processus transactionnels (vague 1), en comparaison avec les processus décisionnels et prévisionnels. Pour BearingPoint, les directions financières marocaines sont sensibles au levier technologique, avec une priorité donnée aux technologies d’analytics et à l’automatisation des processus.

En effet, d’un point de vue culture digitale, à ce jour, la fonction finance au Maroc ne se considère pas comme pionnière dans l’adoption des technologies digitales mais aspire à adopter de nouveaux «mindsets» pour aller davantage dans ce sens.

Par ailleurs, l’étude démontre que les systèmes d’information mis en place à date ne couvrent pas tous les domaines de la fonction finance de façon homogène. «Si, pour environ 80% des répondants, la comptabilité, la trésorerie et le reporting sont couverts, la planification l’est beaucoup moins», expliquent les enquêteurs de la société de conseil européenne, pour qui ce constat se révèle de manière quasi identique en matière de digitalisation de processus.

Dans le détail, les processus liés à la comptabilité fournisseurs «Procure to Pay» (P2P) et clients «Order to Cash» (O2C) sont parmi les plus digitalisés au sein des directions financières marocaines tandis que les processus de reporting, d’analyse et de planification (budgets et forecasts) n’ont, pour la plupart, pas encore pris le virage de la digitalisation.

Opportunités technologiques

Les directions financières marocaines ont entamé leur digitalisation par les processus transactionnels tels que la comptabilité et la trésorerie. La prochaine étape consistera à couvrir d’autres processus, tels que ceux relatifs à la planification, pour lesquels une forte utilisation d’Excel persiste. Les directions financières marocaines sont sensibles au levier technologique avec une priorité forte donnée à l’advanced analytics et à la robotisation des processus automatisés.

D’autres technologies innovantes suscitent l’intérêt de la fonction finance au Maroc mais sont encore peu déployées. Enfin, la majorité des sondés mettent en avant les opportunités créées par les technologies digitales et les avantages qu’elles apportent en matière de performance, d’efficience et de sécurité.

Khadim Mbaye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page