Éco-Business

Automobile : attention, trop d’hygiène tue l’habitacle

Attention : s’ils nettoient et purifient les mains de toutes bactéries et autres germes, les produits désinfectants s’avèrent nocifs pour l’habitacle. Ford alerte sur les méfaits à bord gels et sprays hydroalcooliques.

La pandémie du coronavirus a changé nos habitudes au point de dicter certains comportements devenus courants et quasi-généralisés. C’est le cas de l’utilisation des gels et sprays hydroalcooliques qui est devenue monnaie courante à travers le monde, voire un geste plusieurs fois répété dans la journée.


Or, ces produits, bien qu’hygiéniques, peuvent s’avérer néfastes à plus d’un titre. D’abord, sur le plan sanitaire, puisque l’alcool (l’éthanol) et les perturbateurs endocriniens présents dans ces solutions liquides agressent la peau en l’asséchant, du moins lorsqu’ils sont appliqués à outrance comme par les temps qui courent.

Ensuite et au-delà de leurs effets sur la peau, c’est sur certains matériaux que ces produits peuvent avoir une mauvaise conséquence. Parmi les surfaces les plus exposées à ce risque, les habillages intérieurs des voitures et notamment le volant. Ce dernier est l’un des premiers éléments touchés par le conducteur juste après s’être nettoyé les mains avec un produit désinfectant en entrant dans son véhicule. D’où la sonnette d’alarme tirée par le groupe Ford qui vient d’alerter les automobilistes sur la nocivité des produits hydroalcooliques pour l’intérieur des voitures.

À moins que ces surfaces et revêtements intérieurs soient protégés par des traitements spéciaux, les produits désinfectants peuvent attaquer les surfaces, entraînant leur usure prématurée. Pour éviter cela, la marque à l’Ovale bleu apporte éclaircissements et recommandations.

Ainsi, «lors du nettoyage, mieux vaut éviter d’utiliser des produits contenant de l’eau de Javel ou du peroxyde d’hydrogène, ainsi que des produits à base d’ammoniaque, car ils peuvent endommager les revêtements antireflets et anti-traces de doigts». Parmi les revêtements traités pour être antireflets, citons la base horizontale de la planche de bord, le pare-brise ou encore, le film en plexiglass qui protège le combiné d’instrumentation. Le traitement anti-traces de doigts, lui, se retrouve notamment sur l’écran tactile de la console centrale.

Ce dernier, avec le volant, les poignées, le levier de vitesse ainsi que d’autres boutons ici et là, constituent les zones les plus fréquemment touchées par le conducteur. Du coup, tout dépôt ou résidu d’un produit hydroalcoolique peut altérer la qualité des matériaux, surtout dans des pays chauds comme Maroc où les voitures se retrouvent souvent exposées aux rayons du soleil.

Ces situations, des constructeurs comme Ford (et Volvo), y travaillent en amont lors du développement de chaque nouveau modèle. Les ingénieurs de l’Ovale bleu testent des échantillons de matériaux à des températures pouvant aller jusqu’à 74°C, soit la chaleur que peut atteindre l’habitacle d’une auto garée en bord de plage par canicule.

Dans le même sillage, Mark Montgomery, ingénieur en chef pour Ford Europe au centre technique de Dunton (Royaume-Uni) a déclaré : «le gel désinfectant pour les mains est un produit dont l’utilisation est en pleine croissance depuis quelques années, il figure donc logiquement dans la liste des produits testés chez nous depuis longtemps déjà. Même le produit le plus inoffensif en apparence peut causer des problèmes lorsqu’il entre en contact avec d’autres surfaces, mais des produits comme les désinfectants pour les mains, la crème solaire et les insecticides peuvent également se révéler particulièrement nocifs».

Jalil Bennani
Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page