Éco-Business

Agrumes : Reprise des exportations vers les USA

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Suspendues depuis février 2016 à cause des larves de la mouche cératite, les exportations d’agrumes marocaines vers les États-Unis reprennent après un long processus de mise à niveau supervisé par les autorités sanitaires américaines.

Les agrumiculteurs marocains s’apprêtent à reprendre le chemin des États-Unis. Après un arrêt forcé des exportations vers le pays de l’Oncle Sam, imposé par les autorités sanitaires américaines depuis février dernier après la découverte de larves de cératites dans des clémentines made in Morocco, les agrumes marocains sont à nouveau autorisés pénétrer le marché américain.«Les exportations d’agrumes marocains vers le marché américain ont repris le jeudi 13 octobre», précise l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (Onssa) dans un communiqué. La levée de l’interdiction intervient après un long processus durant lequel ministère de l’Agriculture, ONSSA et producteurs ont dû déployer de grands efforts pour se mettre à niveau, sous la supervision du Service phytosanitaire américain (APHIS).


En effet, des missions d’experts américains ont été effectuées au Maroc pour s’enquérir sur le terrain du système national mis en place pour la gestion de la mouche cératite au niveau des vergers de production et stations de conditionnement d’agrumes. «Ces visites ont permis aux experts américains de s’informer de près sur les procédures de surveillance et de contrôle mises en place et les garanties offertes par les services phytosanitaires de l’ONSSA et la profession», indique-ton auprès de l’office. Suite à cela, les deux parties ont convenu de la mise en place d’un plan d’action opérationnel de gestion de cette mouche ayant abouti à la décision de la reprise des exportations d’agrumes.

Un bon filon
Maintenant, la balle est dans le camp des agrumiculteurs qui doivent être au rendez-vous. «Il faut que le produit soit prêt et au mieux de sa forme pour pouvoir pénétrer le marché américain dans de bonnes conditions et avec des prix intéressants, compte tenu des charges élevées de la logistique et du transport», indique Ahmed Derrab, SG de l’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (ASPAM). Les agrumiculteurs marocains misent beaucoup sur le marché nord-américain et comptent beaucoup sur lui pour diversifier leurs marchés.

La configuration des marchés cibles des exportateurs marocains est en effet en pleine mutation. La Russie, qui a été pendant longtemps un marché de prédilection pour les agrumiculteurs, absorbant jusqu’à 60% des exportations marocaines, n’est plus une option intéressante. La chute vertigineuse du rouble a entamé le pouvoir d’achat des consommateurs russes et fait que les produits marocains sont devenus un peu plus chers. Sans compter le risque de défaut de paiement qui donne du fil à retordre aux opérateurs marocains. La fermeture du marché américain avait complètement chamboulé les plans des agriculteurs marocains qui se sont retrouvés, de facto, exclus aussi du marché canadien, l’un des trois plus gros marchés des agrumes marocains avec les USA et la Russie.

Et pour cause, le coût du fret, puisque les expéditions marocaines faisaient d’une pierre deux coups en visant deux marchés, les USA et le Canada, pour optimiser les coûts. Il est à noter que les exportations d’agrumes marocaines vers les USA ont enregistré, durant les campagnes 2013-2014 et 2014-2015, un tonnage moyen de 44.000 T, soit 9% des exportations totales. 


Ahmed Derrab
SG de l’ASPAM

Toutes les parties prenantes (ministère de tutelle, ONSSA, professionnels) ont déployé de grands efforts pour résoudre le problème. Aujourd’hui, on peut dire que les choses sont sur la bonne voie. Les exportations d’agrumes vers les États-Unis devront reprendre cette campagne. Maintenant, il faut que le produit soit prêt et de qualité optimale pour pouvoir pénétrer le marché américain dans de bonnes conditions et avec des prix intéressants, compte tenu des charges élevées de la logistique et du transport.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page