AutoÉco-Business

Marché de l’auto/ Maroc. Pour mieux finir une année… à oublier (dossier)

Sur un marché qui accuse toujours le coup de la crise liée à la pandémie, les acheteurs ont visiblement fait preuve d’attentisme depuis la fin de l’été. L’arrivée des promos de fin d’année devrait permettre un dernier frémissement au terme d’une année, clairement à oublier.

Les mois se suivent et ne se ressemblent pas en ce dernier trimestre de l’année. Après un sursaut de la demande en août, les ventes de voitures neuves se sont inscrites dans une tendance ordinaire pour ne pas dire moyenne, mais, en aucun cas, n’ont réussi à rattraper les méventes enregistrées durant la période du confinement. C’est ce qu’indiquent les dernières statistiques recueillies par l’Aivam et faisant état de 111.882 véhicules vendus à fin novembre, toutes classifications confondues. Ce volume correspond à une baisse annuelle de 22,3% qu’il ne faudrait pas imputer seulement à un deuxième trimestre en forte baisse. Elles découlent aussi des insuffisances de stock rencontrées par les distributeurs et leurs concessionnaires durant les mois de septembre et octobre. Un écueil levé plus par certains que par d’autres et cela pourrait influer sur la nomenclature du marché. Comment ? En redistribuant des parts de marché, aussi bien entre les marques qu’entre les segments.


Citadine + SUV = 51% du marché VP
Une petite analyse des chiffres du marché montre que, la baisse constatée vers la fin de l’été, s’est légèrement résorbée, passant de 31% à fin août à 22,3% à fin novembre. Dans le détail, ce sont toujours les voitures particulières (VP) qui réalisent la plus grande partie des ventes (87,5%), soit 97.842 unités et qui enregistrent une baisse plus aiguë (23,5%) que celle (12,1%) des véhicules utilitaires légers (VUL) dont les livraisons cumulées se chiffrent à 14.040 unités. Sa bonne santé, le marché utilitaire la doit à une forte demande sur les vans et fourgons qui répondent à des besoins très variés (ambulance, transport de personnel ou de marchandise…), mais aussi à une demande toujours aussi soutenue pour les pick-ups. Du côté des VP, une double tendance persiste : ce sont toujours les SUV et les citadines qui tiennent le haut du pavé, réalisant plus de 51% des immatriculations neuves en 2020. Très en vogue au Maroc comme ailleurs, le SUV doit ses gros volumes à des marques comme Dacia (16,4%), Hyundai (12%), Volkswagen (11,9%) et Nissan (7,5%). Du côté des citadines, les cinq marques qui tirent ce segment vers le haut en y réalisant 83% des ventes, s’appellent Dacia (31%) Renault (26,6%), Peugeot (13%), Hyundai (7%) et Opel (5,7%).

De la morosité aux braderies
Bien que tiré par ces deux segments, le marché du neuf est en baisse et devrait clôturer l’année à un seuil avoisinant celui de 2008 ! Cette morosité de l’année 2020 ne pouvait qu’amener les concessionnaires à baisser, voire casser les prix. Objectif : déstocker massivement histoire de «commercialement» sauver l’année qui s’achève. Il est donc grand temps d’acheter comme le montre notre sélection des meilleures offres actuelles avec des remises qui peuvent frôler, voire dépasser les 100.000 DH. Preuve que les prix ont été ramenés au plus bas, même des nouveautés lancées cette année, voire depuis la rentrée, sont assorties d’une ristourne. Une fois de plus, les distributeurs et leurs concessionnaires devront jongler entre plusieurs impératifs, allant de la gestion des stocks à la préservation des marges. Le client, lui, cherche aussi à optimiser son achat selon ses priorités : prix plancher, choix du modèle ou encore, livraison pour une immatriculation en 202… Attention tout de même : à vouloir tout avoir, certains risquent d’attendre bien au-delà de janvier prochain.

Jalil Bennani / Les Inspirations Éco Auto

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page