Opinions

Un bon point pour Benchaâboun

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

EDITO. Plusieurs données rendent la levée de fonds que le Maroc vient d’opérer sur le marché financier international cette semaine, un évènement totalement inédit. Cela confirme encore une fois, que le royaume détient un capital confiance dans le vert, auprès des bailleurs de fonds, et même après sept années d’absence du marché du dollar. Un fait d’autant plus rassurant en cette conjoncture mondiale caractérisée par la frilosité des investisseurs et le resserrement des liquidités.

C’est, également, la plus grande levée de fonds dans l’histoire du pays, concrétisée après le studieux road-show qu’avait mené l’argentier du royaume il y a quelques mois. C’est donc avec 3 milliards de dollars de marge en plus que le royaume pourra prendre à bras-le-corps la résorption des effets de la crise sanitaire sur son économie. Un bon point, donc, à marquer à l’actif de Benchaâboun, dont la semaine semble se dérouler sous de bons auspices entre le dénouement de cette levée de fonds et le bouclage sans grands heurts de la loi de Finances 2021.


Les circonstances financières sont corsées et sans solutions parallèles, même les projections les plus pessimistes pourraient devenir un «luxe». Il a donc fallu aller brasser sur le marché international pour donner à l’économie nationale une bouffée d’oxygène qui la réanimerait du coma de la Covid-19. Des prêts ont été récemment contractés pour soutenir bon nombre de chantiers nationaux, une première levée de fonds a été opérée il y a quelques mois et cette nouvelle émission vient renforcer les moyens financiers du pays, mais… Attention à la dette extérieure ! Le ministre de l’Économie et des finances semble, certes, rassuré à ce sujet, eu égard aux niveaux des engagements financiers actuels pris par le Maroc. Un préalable aurait, toutefois, dû être balisé : celui de préciser les contours du plan national de relance économique avec des objectifs sectoriels chiffrés et un échéancier prévisionnel précis. Pour financer un projet, il faut d’abord l’avoir tracé et en avoir budgétisé les moindres détails. Il n’est pas trop tard pour bien faire. La bouffée d’oxygène financière étant trouvée, la feuille de route gouvernementale de la relance devrait probablement suivre sous peu. Espérons ! 

Meriem Allam / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page