Opinions

Le Maroc, dernier de la classe !

Cinq jeunes Marocains fraîchement titulaires de leur baccalauréat viennent de passer avec brio le concours d’accès aux écoles polytechnique de France. Plus encore, quatre parmi eux ont décroché des notes jamais atteintes dans ce concours depuis 2008, c’est-à-dire 14,29 contre la meilleure note réalisée jusqu’en 2017 soit 10,90. Les cinq «génies» sont issus de l’école publique de différentes régions du Maroc. Est-ce pour autant une raison de croire que l’école publique va bien ? Que nenni ! Chacun de nous sait que l’une des problématiques majeures du pays est la défaillance de son système éducatif et que l’école publique a été pratiquement abandonnée, et ce qui en ressort comme performance n’est que l’arbre qui cache la forêt. La preuve, d’ailleurs, est ce classement des Nations Unies sur l’indice de développement humain, IDH, qui place le Maroc au 123e rang. Une honte surtout quand on découvre que le Maroc est le dernier du pourtour méditerranéen, derrière des pays qui ont vécu des révolutions ou des guerres comme l’Égypte, la Libye et l’Irak. Le Maroc ne fait pas mieux dans le monde arabe que la Mauritanie, le Soudan et le Yémen. C’est pourquoi il faut prendre l’exploit de ces jeunes génies et désormais polytechniciens comme une motivation pour donner plus de moyens à l’enseignement public qui, contrairement à ce que l’on pense, est le salut pour hisser l’éducation et le développement humain à des niveaux acceptables. Il n’y a aucun doute que sans l’école publique, il n’y a point d’avancée de la nation et l’émergence ne sera qu’un vœu pieu. Ceux qui proposent de «privatiser» le public veulent enterrer le pays !


Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page