Opinions

Fraude : comprendre les tendances pendant la Covid-19

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Par Hector Rodriguez
Vice-président senior & responsable régional des risques, CEMEA, Visa 

Les consommateurs ont pleinement adopté les paiements numériques à l’ère de la Covid-19. En fait, 78% des consommateurs ont désormais complètement adapté leurs méthodes de paiement pour des raisons de sécurité et 48% ne feront plus leurs achats dans un magasin qui n’offre pas de paiement sans contact. Tout en présentant d’énormes opportunités pour les commerçants qui privilégient le digital, ces nouveaux comportements ne sont pas sans risques. Avec le passage des consommateurs en ligne, les fraudeurs ont cherché des opportunités afin d’exploiter les changements dans la façon dont les gens paient pour les biens et services. Les entreprises mondiales ont signalé 4.000 cyberattaques en moyenne par jour depuis la Covid-19, ce qui représente une augmentation de 400% par rapport à ce qui avait été signalé avant la pandémie. Suite à cela, nous avons vu des organisations adopter de nouvelles procédures de sécurité pour garantir que les transactions restent fiables et sécurisées.


La Covid-19 présente au fraudeur de nouvelles opportunités
Cette nouvelle ère de fraude est marquée par des tentatives plus sophistiquées afin d’inciter les gens à partager des informations sensibles. Par exemple, en Europe Centrale, au Moyen-Orient et en Afrique, nous avons constaté une augmentation des attaques d’ingénierie sociale, y compris le phishing, où les fraudeurs exploitent les lacunes qui existaient avant la pandémie et qui se sont intensifiées pendant la crise. Le phishing, en particulier, est devenu beaucoup plus complexe tout au long de la pandémie et comprend désormais un certain nombre de variantes, telles que le spearphishing -attaques ciblant une victime spécifique avec une communication- et un vishing personnalisés (escroqueries par phishing vocal), ainsi que des faux sites web. Les usurpations d’identité peuvent apparaître comme des membres de la famille, des amis, des cadres ou des fonctionnaires. La «fraude amicale» est un autre type d’attaque en plein essor, où la carte et les codes d’accès individuels sont utilisés sans autorisation par des amis, des membres de la famille ou d’autres proches. Pour les marchands, cela peut représenter un coût pour faire des affaires, car il est difficile de suivre les traces et la plupart du temps, les remboursements sont effectués sans approfondir la question davantage. On dit que la fraude amicale réduit les ventes légitimes de 1% et les bénéfices de 20%.

L’écosystème a bien répondu
Malgré cela, l’écosystème du commerce a reconnu les défis et a bien répondu, en adoptant une approche axée sur la technologie pour faire face aux menaces émergentes. Alors que la plupart des entreprises investissaient déjà dans des systèmes de sécurité basés sur la technologie, la pandémie a donné un coup de fouet, alors que les entreprises se battaient pour mieux lutter contre les fraudeurs et naviguer dans le nouveau monde numérique. Au fur et à mesure que les entreprises accéléraient l’utilisation de technologies sécurisées, notamment la tokenisation, les puces sans contact et les «cartes à puce intelligentes» EMV, la nature sécurisée et les performances des transactions numériques se sont également améliorées.

Investir dans la sécurité pour le monde post-Covid-19
L’incertitude liée à la Covid-19 devant se maintenir dans un proche avenir, les 12 à 18 prochains mois pourraient entraîner encore plus de perturbations et de transformations. Cependant, je crois que le changement radical que nous avons observé vers le paiement numérique se poursuivra alors que les consommateurs et les commerçants manifestent une préférence croissante pour le commerce électronique et les paiements sans contact. La pandémie a sans aucun doute accéléré l’utilisation généralisée des méthodes de paiement numériques, les clients du monde entier optant pour le paiement sans contact et les alternatives digitales. Même avec la levée des confinements, la croissance du commerce numérique se poursuit, indiquant un réel changement de comportement des consommateurs et qui durera bien dans la nouvelle année, et bien après le Covid-19. En effet, 96% des consommateurs de la région CEMEA s’attendent à ce que leur utilisation du commerce électronique augmentera ou restera la même après la Covid-19. Étant donné la rapidité avec laquelle le comportement des consommateurs change et la sophistication des fraudeurs, il n’est pas surprenant que la complexité de la gestion des risques augmentera probablement dans un proche avenir. 79% des organisations affirment que la gestion des risques sera une priorité croissante pour leur entreprise au cours des deux prochaines années. Au fur et à mesure que nous avançons, les commerçants s’attendent à ce que l’utilisation du sans contact augmente d’environ 30% après la pandémie, ce qui rend plus important que jamais la réponse des entreprises à la demande de numérique. Bien sûr, alors que les fraudeurs deviennent de plus en plus sophistiqués dans un monde numérique, les organisations doivent innover et investir dans la technologie pour, non seulement répondre à l’évolution des demandes, mais aussi pour assurer la sûreté et la sécurité des transactions numériques pour les clients. Investir dans de nouvelles méthodes innovantes d’intégration des clients et de nouvelles façons de payer, comme en ligne, dans l’application, sans contact et IoT, fera ou détruira une entreprise dans un monde post-Covid-19.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page