Opinions

Coronavirus : un stress-test à grande échelle pour le Maroc

Depuis quelques mois, nous nous débattons du mieux que nous pouvons contre cette pandémie qui est venue prendre l’économie mondiale en otage. Tel un stress-test à grande échelle, la Covid-19 a démontré à tous qu’une infime brèche dans les fondamentaux d’une économie peut se transformer en drame, si rien n’est fait pour amortir les chocs exogènes. Que dire alors quand ceux-ci sont violents et imprévisibles, à l’image de ce virus ? En fait, à bien y réfléchir, nous en arriverions même à ironiser pour dire que nous devrions remercier la pandémie d’être passée chez nous, afin de nous faire prendre conscience de l’ampleur du travail qu’il reste à abattre. À commencer par la santé : la pandémie nous a montré que la situation était bien plus désolante que nous le pensions. Le manque et le sous-équipement des infrastructures de santé, le déploiement géographique optimisé des structures de soin, l’insuffisance des ressources humaines, la faiblesse des budgets publics alloués au secteur… la crise sanitaire a aggravé ces lacunes.

Du côté de l’enseignement, le tableau n’est guère plus reluisant! Les longues années de laisser-aller puis de tâtonnements dans la gestion de ce secteur ont laissé une lourde ardoise. Baisse de la qualité de l’enseignement, approche approximative dans la politique des curricula, perte de vitesse de l’enseignement public face à la déferlante de l’enseignement privé… Maintenant que le contexte sanitaire nous impose une agilité, une digitalisation et une grande efficience de la prestation pédagogique, la situation sur le terrain nous assène une gifle pour nous rappeler nos défaillances. Les exemples à l’image de la santé et de l’enseignement ne manquent pas. C’est pourquoi, tout en soignant les plaies économiques et sociales causées par cette pandémie, les politiques devront faire en sorte d’éradiquer les maux à la racine. De longues années durant, et au fil de bien des mandats gouvernementaux, les brèches ont été seulement colmatées au moyen d’aides financières ponctuelles, de promesses électorales et de stratégies pompeuses. Aujourd’hui, fort heureusement, la pandémie nous rappelle à l’ordre. Merci Covid-19 !

Meriem Allam / Les Inspirations Éco

Dossiers d’investissement : réduction de 45% de la paperasse à partir de 2023



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page