Maroc

US Open, une édition rythmée de frasques

Cette année, la compétition était sans pareil, c’est le moins que l’on puisse dire. Entre polémiques et surprises, l’US Open a beaucoup fait parler dans les médias à l’échelle mondiale.


Un pas de plus dans l’histoire du tennis et de sa carrière : Novak Djokovic marque son retour au fer rouge et remporte l’US Open en 6-3,7-6 (7/4), 6-3 face à Juan Martin del Potro, un 14e titre du Grand Chelem lui permettant d’égaler son idole de jeunesse Pete Sampras. Ce 14e titre majeur le place ainsi tout juste derrière Rafael Nadal qui est à la tête de 17 titres majeurs et Roger Federer ayant remporté 20 tournois, de quoi faire trembler la planète tennis à nouveau.

Du côté des dames, la finale s’est déroulée samedi 8 septembre 2018 à New York, une finale où nous avons découvert les deux finalistes, Naomi Osaka et Serena Williams, en larmes lors de la remise des trophées. L’émotion mais aussi le déroulé de la partie sont en cause, en particulier les incidents auxquels ont fait face les deux joueuses ou encore la défaite de Serena Williams.

Une édition pleine de rebondissements

En effet, l’Américaine de 36 ans a été battue par son adversaire. La jeune maman a été ainsi sanctionnée par trois avertissements qui lui ont valu un jeu de pénalités. Ce qui a mis le feu aux poudres, puisqu’elle s’est emportée contre l’arbitre en cours de partie, le qualifiant de «voleur» et de «menteur». Face à ce retournement de situation, Serena Williams a écopé de 17.000 dollars d’amende dimanche pour «coaching», «bris de raquette» et «insulte». De quoi soulever un tollé notamment sur la toile. L’Américaine n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai, puisqu’elle a déjà fait couler beaucoup d’encre lorsqu’elle a joué son premier match de l’US Open vêtue d’un justaucorps asymétrique prolongé par un tutu, avec des collants résilles de contention, répondant ainsi aux polémiques suscitées par les dirigeants français pour la combinaison noire qu’elle portait en mai dernier à Rolland Garros.

Sauf qu’elle n’est pas la seule femme victime de «sexisme» cette année, Alizé Cornet a également reçu un avertissement pour avoir remis son T-shirt à l’endroit. Elle s’est retrouvée sur le terrain en brassière durant quelques secondes n’en déplaise à ses détracteurs. Dès lors, l’arbitre de chaise, pensant s’appuyer sur une règle de la WTA, lui a immédiatement donné un avertissement. L’US Open a clarifié sa politique, et regretté l’avertissement reçu par la joueuse française par la suite. «Tous les joueurs peuvent se changer quand ils sont assis sur leur chaise», détaillait un communiqué publié par l’organisation. Et d’ajouter : «Nous avons clarifié la politique pour être sûrs que cela ne se passera plus. Heureusement, elle n’a reçu qu’un avertissement, pas une pénalité ou une amende. Les joueuses, si elles le veulent, peuvent aussi changer leur haut dans un endroit plus privé, près du court, quand cela est possible. Une pause aux vestiaires ne sera pas autorisée dans ce genre de circonstances».


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page