Maroc

Traversée du Détroit : des dizaines de semi-remorques bloquées à Algesiras

À la veille de l’Aïd Al Adha, plusieurs dizaines de semi-remorques ont tardé à embarquer du port espagnol d’Algesiras, à destination de Tanger Med. Pour les professionnels, cette situation s’explique par le «manque de capacités» de transport maritime du côté marocain. La scène, qui n’a pas manqué d’être filmée par des professionnels, s’est déroulée à Algesiras où plusieurs dizaines de semi-remorques sont en souffrance sur cette plateforme, en raison de la saturation des navires devant les faire traverser jusqu’à l’autre rive de la Méditerranée.

Une situation qui s’est aggravée la veille de l’Aïd Al Adha, marquée par des flux importants de MRE en route vers le pays. Du côté des professionnels marocains, on confirme : «Des dizaines de semi-remorques sont bloquées au port d’Algesiras en attente de leur embarquement pour Tanger Med du fait de l’insuffisance des capacités de transport maritime dans le détroit de Gibraltar». Sur d’autres lignes, notamment en connexion avec le port français de Sète, on relevait par contre une disponibilité suffisante de l’offre.

Navires marocains
«Le manque de capacités de transport se fait surtout sentir chez les navires marocains, le côté espagnol assurant déjà l’essentiel du trafic sur le Détroit», poursuit notre source. Cette situation relance donc le débat sur la lancinante question du pavillon national. Car, faut-il le rappeler, une seule compagnie maritime marocaine participe à l’opération «Marhaba 2022».

Une opération qui risque de battre des records d’affluence, en raison de sa reprise après deux années de suspension, due au Covid et à la crise maroco-espagnole enregistrée l’an dernier. À noter que si la cherté des billets était pointée du doigt (www.leseco.ma), les prix semblent revenir à la normale, après le passage du rush de l’Aïd.

572 rotations
Pour rappel, 32 navires sont officiellement mobilisés pour l’opération «Marhaba», pour assurer 572 rotations hebdomadaires. Ce qui offre une capacité totale de 471.000 passagers et 124.000 véhicules par semaine. Près de la moitié des navires, soit 14, sont mobilisés sur l’axe principal Tanger Med-Algésiras, ce qui leur permet d’effectuer jusqu’à 47 rotations par jour.

Depuis le lancement officiel de l’opération le 5 juin dernier, les choses se déroulent plutôt bien. Pour ce qui est des compagnies actuellement engagées, elles sont dans leur majorité, comme souligné plus haut, espagnoles. Il s’agit de «Baléaria», «Armas Trasmed», «FRS», qui opèrent notamment avec le Port Tanger Ville et Tarifa, «GNV», ou encore «Meridionale».

Une flotte nationale insuffisante
Cette armada de navires, se place bien loin devant la flotte marocaine, qui ne dispose que de 6 navires à fin 2021. Quant à sa capacité globale, elle s’élève à seulement 5.397 passagers et 1.448 voitures. La moyenne d’âge de ces ferries est de 29 ans, Morocco Sun (Le Rif) ayant 40 ans, Tanger express 24 ans, Morocco Star 40 ans, Med Star 34 ans, Bissat 20 ans, Boraq 20 ans. Le commandement des navires sous pavillon Maroc est assuré en majorité par des nationaux. Quant au personnel navigant, il se compose de 335 marins dont 147 officiers.

DNC à Tanger, Abdellah Benahmed / Les Inspirations ÉCO
Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page