Maroc

Transport routier : pas d’opération escargot en vue, mais jusqu’à quand ?

Le gouvernement a décidé d’accorder une subvention exceptionnelle d’un montant global de 2 milliards de DH aux professionnels du transport routier, toutes catégories confondues, soit aux propriétaires d’environ 180.000 véhicules. Les professionnels applaudissent, mais sont partagés entre l’espoir et la réserve. Le mieux pour tous, ce serait bien sûr que les prix du pétrole chutent. Dans le cas contraire, ils espèrent que les pouvoirs publics seront en mesure de reconduire cette subvention. 

Le gouvernement a tué la grogne des transporteurs routiers dans l’œuf, du moins pour le moment ! À travers une opération de subvention one shot, dont la distribution va démarrer la première semaine du mois d’avril, Mohamed Abdeljalil, ministre du Transport et de la logistique et son équipe, sont, en effet, parvenus à faire taire les plus récalcitrants des transporteurs, et à repousser momentanément toute velléité d’opération escargot de leur part, qui risquerait de paralyser l’économie du pays.

Une subvention exceptionnelle d’un montant global de 2 milliards de DH sera ainsi accordée aux professionnels du transport routier, toutes catégories confondues, soit aux propriétaires d’environ 180.000 véhicules, conformément à ce qui a été annoncé lors du Conseil de gouvernement du 10 mars dernier.

2 milliards pour les propriétaires de 180.000 véhicules…
Par catégorie, les professionnels du transport public de voyageurs bénéficieront d’une subvention de 2.200 DH pour les grands taxis, 1.600 DH pour les petits taxis, 1.800 DH pour les véhicules de transport mixte dans le monde rural, 7.000 DH pour les autocars inter-villes et 6.200 DH pour les autobus.

S’agissant du transport touristique, les professionnels bénéficieront d’un soutien financier de 2.800 DH au profit des autocars de 1ère série, 1.400 DH pour les minibus de 2e série et 1.000 DH pour les véhicules de 3e série (TGR/TLS).

En ce qui concerne les professionnels du transport de marchandises pour compte d’autrui, un soutien financier de 1.000 DH sera alloué aux véhicules de dépannage, 2.600 DH aux camions dont le PTAC est supérieur à 3,5 tonnes et inférieur à 14 tonnes, 3.400 DH pour les camions dont le PTAC est compris entre 14 et 19 tonnes, et 4.200 DH pour ceux dont le PTAC est supérieur à 19 tonnes, ainsi que 6.000 DH au profit des tracteurs routiers.

Pour ce qui est du transport de personnel et scolaire, les professionnels bénéficieront d’une aide financière de 1.200 DH pour chaque véhicule, de transport de personnel pour compte d’autrui et de 1.000 DH pour chaque véhicule affecté au transport scolaire pour compte d’autrui. Les inscriptions sont ouvertes sur la plateforme mouakaba.transport.gov.ma, depuis mercredi.

Pour être éligibles à la subvention, les professionnels du transport du personnel pour le compte d’autrui (TPCA) et ceux du transport scolaire pour le compte d’autrui (TSCA), devront présenter l’attestation de paiement de la taxe spéciale annuelle sur les véhicules et une feuille de circulation valide après le 1er janvier 2022 ; tandis que tous les autres devront présenter une attestation de paiement de la taxe spéciale annuelle sur les véhicules au titre de 2021 et une carte d’autorisation valide après le 1er janvier 2022.

…Et des prières pour que le prix du pétrole chute


Ceci étant, dans le communiqué du Chef du gouvernement, qui a rendu cette décision publique, mercredi après-midi, il est précisé que  «par ce soutien, le gouvernement vise à accompagner les professionnels du secteur du transport routier, à travers l’atténuation des impacts de la hausse des prix du carburant au niveau national, causé celle continue des prix à l’international».

Les professionnels du transport routier saluent cette décision, qui consiste à leur accorder une subventionne exceptionnelle, suite à la hausse exponentielle du prix du gazoil à la pompe, induite par la hausse du prix du pétrole au niveau international, une hausse sur laquelle, ni les pouvoirs publics, ni eux, n’ont aucune prise. Justement, c’est pourquoi ils sont partagés entre espoir et réserve.

«Nous espérons que le prix du pétrole va revenir à son niveau d’avant le début de l’année en cours. Sinon, et si par malheur, cette hausse devait perdurer, nous espérons que le gouvernement serait prêt à consentir de nouveau le même effort», a notamment déclaré à la CGEM Rachid Tahri, secrétaire général de la Fédération du transport et de la logistique.

En tous cas, cette opération sera une occasion pour le ministère du Transport et de la logistique d’opérer la mise à jour de sa base de données des transporteurs routiers. Il pourra ainsi identifier les transporteurs informels et reconduire plus efficacement une subvention de cette nature à l’avenir.

«Cette subvention n’a aucun lien avec l’indice gazoil»

Et l’indice gazoil dans tout cela ? Est-ce que cette subvention est une manière de calmer les professionnels du transport routier, en attendant l’adoption de la loi qui va consacrer l’existence de cet indice ? «Non. La subvention n’a rien à voir avec l’indice gazoil, qui va permettre d’en répercuter les hausses et les baisses de prix.

Pour preuve, dans les pays qui disposent de cet indice, comme la France par exemple, l’État est intervenu pour soutenir les transporteurs routiers, malgré l’existence d’un indice gazoil», explique le secrétaire général de la Fédération du transport et de la logistique à la CGEM.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page