Maroc

Trafic aérien : les aéroports du Nord performent

Les aéroports «Ibn Batouta» de Tanger et «Saniat R’mel» de Tétouan réalisent des performances spectaculaires depuis le début de l’année, améliorant même leurs chiffres par rapport à la période d’avant-Covid. En plus des MRE, les destinations touristiques estivales y sont pour beaucoup, ainsi que les liaisons avec l’Espagne.

Ils font partie des aéroports affichant les taux de récupération les plus importants au niveau national. Durant les 11 premiers mois de l’année, «Tanger Ibn Batouta» et «Tétouan Saniat R’mel» en sont, respectivement, à 105% et 431% de leur trafic d’avant la crise sanitaire. Rien que pour le mois de novembre, les deux aéroports ont maintenu cette dynamique, avec un bond «supersonique» à Tétouan (2.096% !), et une amélioration spectaculaire à Tanger (113%), note l’Office national des aéroports dans ses dernières statistiques relatives au trafic aérien. Ainsi, 1.305.190 passagers ont transité par l’aéroport Ibn Battouta de Tanger, à fin novembre dernier, contre 1.247.156 au cours de la même période de 2019. À Tétouan, on est passé de 39.154 passagers à 168.843.

Liaisons ibériques
Ces performances ont surtout été soutenues durant les flux de l’été, avec la reprise de l’opération Marhaba, qui a permis d’intensifier les connexions avec le sud de l’Europe. En effet, ici, ce sont davantage ces vols avec le sud-méditerranéen qui permettent de soutenir l’activité aérienne. Il s’agit surtout des liaisons avec le voisin ibérique. À Tanger, des rotations régulières sont assurées avec plusieurs destinations espagnoles, dont Barcelone, Madrid, Séville, Valence, Bilbao, Malaga… La forte communauté marocaine établie dans ce pays et les touristes en sont les principaux usagers. D’ailleurs, face à la flambée des prix de la traversée maritime, nombreux sont ceux qui optent pour l’avion. L’aéroport de Tétouan est également desservi par les vols trans-méditerranéens, notamment avec l’Espagne. La plupart de ces vols sont assurés par des compagnies low-costs, à l’image de Ryanair ou de Air Arabia. La Royal Air Maroc «bataille» également sur place pour maintenir ses parts de marché.

Rayon d’action
En dehors de l’Espagne, les aéroports du Nord, notamment Tanger, desservent les villes françaises de Paris, Toulouse, Bordeaux, Marseille et Lyon, alors que pour l’Italie, c’est avec Rome et Milan que les connexions sont assurées. Les autres fortes communautés marocaines profitent, quant à elles, des vols en connexion avec les aéroports d’Amsterdam et de Rotterdam (Pays-Bas), Bruxelles (Belgique), Istanbul (Turquie), Weeze (Allemagne) et Walden (Grande-Bretagne). Ces différentes liaisons internationales permettent de soutenir considérablement l’activité touristique dans la Région.

Extension
Pour faire face à la croissance exponentielle de son trafic, l’aéroport «Tétouan Saniat R’mel» se modernise avec une nouvelle piste en remplacement de l’ancienne, fortement perturbée par le développement urbain. D’un coût global de 285,5 MDH, l’infrastructure aéroportuaire nécessite des travaux d’installation et de préparation des accès, la réalisation d’un relevé 3D par scanner laser 3D dynamique pour les chaussées aéronautiques, avant et après réalisation des travaux, le renforcement des bretelles existantes, le renforcement du parking avions, ainsi que la mise en œuvre de la solution de drainage.

Abdellah Benahmed / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page