Maroc

Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Investissement : la relance est actée

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Selon les dernières statistiques du Haut-commissariat au plan, les dépenses d’investissement de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont connu une progression de 119% au 4e trimestre 2020 par rapport à leur valeur d’il y a un an.

Les effets de la crise sanitaire sur le développement économique de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima (TTA) s’estompent peu à peu. En effet, le volume des dépenses d’investissement, prévus pour le 4e trimestre 2020 au niveau de la région, aurait progressé de 119% par rapport à sa valeur d’il y a un an. C’est ce qu’avance la direction régionale du Haut-commissariat au plan (HCP) dans ces dernières statistiques sur la région. Les dépenses d’investissement ont vu leur valeur progresser nettement au 4e trimestre de l’année écoulée, comparées au trimestre précédent.


«Cette hausse observée dans les volumes d’investissement serait due principalement aux dépenses importantes d’investissement prévues pour le secteur tertiaire, dont le montant aurait quadruplé sur seulement une durée d’un trimestre», précise la direction régionale du HCP dans sa note trimestrielle de conjoncture économique.

Quant au secteur secondaire, qui pèse lourdement sur la balance des investissements de la Région TTA, accaparant quasiment les 3/4 de ceux-ci, même si son montant prévu pour l’investissement a quintuplé au 4e trimestre 2020 par rapport au trimestre antérieur, il n’a néanmoins pas pu retrouver son niveau d’avant la crise sanitaire. En effet, comparé à la même période une année auparavant, ce chiffre a connu une baisse de 38,7%, en glissement annuel. Selon la direction régionale du HCP, «ces évolutions, observées dans les montants prévus pour l’investissement, indiquent, en tendance générale, une allure haussière au fil du temps, signifiant une amélioration continue de l’investissement dans la région».

La création d’entreprises mitigée
Concernant les créations d’entreprises, la même source a relevé qu’au 4e trimestre 2020, quelque 342 structures ont été créées auprès du Centre régional d’investissement (CRI), en baisse de 39,9% par rapport à la même période de l’année précédente, et de 17,2%, en glissement trimestriel. Le secteur tertiaire, qui regroupe plus des 3/4 des créations déposées, est le seul secteur qui a rebondi après le confinement, mais sans rattraper son niveau d’avant-crise, avec un recul de 26,7% en glissement annuel, et de 20% par rapport au trimestre précédent.

Ce secteur est, de fait, non seulement le seul à avoir redémarré après la crise, en termes d’entreprises créées, et ce, en dépit du contexte économique, mais il est aussi le seul à avoir tiré la tendance totale vers le haut, a expliqué la note du HCP. Contrairement, ajoute la même source, les deux autres grands secteurs d’activités sont frappés par une baisse trimestrielle flagrante et continue, qui atteint -87% en glissement annuel pour le secteur secondaire, tandis qu’aucune création d’entreprise n’a été enregistrée dans le secteur primaire sur les trois derniers trimestres. À rappeler, dans ce contexte, que la croissance économique au Maroc a régressé de 6% au 4e trimestre 2020. Cette contraction de l’activité économique est due principalement à la baisse de l’activité agricole (-7,2%), et au ralentissement de l’activité hors agricole (-5,5%).

Relance de la machine d’investissement
Les répercussions sociales et économiques de la crise sanitaire ont repositionné des produits, des secteurs et des nations au détriment d’autres. Ainsi, la santé, l’éducation, l’alimentation, les valeurs sociales et la digitalisation se présentent comme les dotations factorielles sûres et durables de demain. Pour le développement post-Covid-19 de la Région TTA, les opportunités d’investissement s’avèrent innombrables.

Dans cette perspective, Omar Moro, président de la Chambre de commerce, d’industrie et de services de la Région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (CCIS-TTA) affirme que «les choix stratégiques de notre appareil productif doivent viser le renforcement de l’indépendance de notre économie aussi bien régionale que nationale, vis-à-vis de la volatilité des marchés extérieurs, et ce, en protégeant et encourageant les activités et les industries de substitution et en hissant l’image de marque ‘made in Morocco’, afin de gagner reconnaissance, renommée et confiance». La Région TTA a pu, justement, compter sur ses atouts pour redynamiser ses industries de base. Ainsi, malgré la crise, la région a connu l’extension comme la création de nouvelles unités, notamment dans le secteur de l’automobile, et ce, grâce à la confiance et à la positivité qu’elle inspire aux opérateurs économiques. Cette situation difficile, causée par la Covid-19, a poussé la Région TTA à évaluer ses actions et stratégies.

À ce niveau, Omar Moro salue l’initiative et les efforts déployés par Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, dans la perspective de mettre en place d’importants dispositifs d’aide aux entreprises, notamment en ce qui concerne les industries de substitution, telles que le secteur agro-alimentaire. «C’est une politique qui contribuera, effectivement, à réduire le déficit commercial du pays, à soulager ses réserves en devises et surtout booster l’investissement industriel, principale niche créatrice de valeurs et d’emplois», affirme le président de la CCIS-TTA. À noter, dans ce sens, que plusieurs opportunités se profilent devant les investisseurs de la région, qui est très connue pour sa diversité et la complémentarité de ses aspects naturel, sociale et économique. L’engouement suscité par la crise actuelle pour une alimentation saine, bio et verte devra également profiter à la région pour travailler sérieusement sur un programme de labellisation des produits de terroir destinés à export.

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco Docs

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page