Maroc

Tabagisme : les produits alternatifs, meilleur moyen pour réduire les risques

Lors du congrès annuel de l’Association marocaine d’endo-urologie (AMEU), tenu à l’Université Mohammed VI des sciences de la santé à Casablanca, les expert ont été d’accord sur l’importance de la prévention contre le tabagisme pour réduire le cancer. Des alternatives à la cigarette conventionnelles ont été présentées comme étant la bonne solution.

Prévenir le cancer de la vessie passe, avant tout, par la prévention du tabagisme. C’est le fin mot de l’intervention du professeur David Khayat, ancien chef de service de cancérologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Ce dernier est, en effet, intervenu lors du congrès annuel de l’Association marocaine d’endo-urologie (AMEU), baptisé «3rd North African Congress of Urology (NACU) & 10th International Meeting on New Debate Congress in Urology». Le coup d’envoi de ce congrès a été donné à l’Université Mohammed VI des sciences de la santé, vendredi dernier à Casablanca, en présence de personnalités scientifiques de renom. Regroupant différents spécialistes, dont des «urologues, sexologues, oncologues, gynécologues, radiologues» et des généralistes, cet événement scientifique, axé autour de sujets d’actualité en urologie, aborde des thématiques portant, entre autres, sur «le cancer du rein», «la tumeur de la vessie», «la tumeur testiculaire», «la lithiase urinaire», «l’urogynécologie» et «la sexologie».

Le tabagisme, principal facteur de risque
Intervenant à cette occasion, Redouane Rabii, professeur en urologie et président de l’AMEU, a mis l’accent sur l’importance de ce congrès dans la promotion des recherches scientifiques et le partage d’expériences et d’expertises entre des sommités de renommée mondiale en la matière. Il a assuré, lors de son intervention, qu’ «au fil des ans, ce congrès devient un rendez-vous scientifique pour exposer les nouveautés en matière d’urologie au niveau mondial et les progrès réalisés au Maroc dans ce domaine», saisissant cette occasion pour saluer les participants venus de différents pays en vue de partager leurs expériences avec leurs homologues marocains et découvrir de près le niveau d’expertise atteint par les praticiens marocains dans le domaine de l’urologie. En effet, pour ce qui est de la thématique des effets du tabagisme et le risque de cancer, Docteur Rabii a relevé qu’il a été prouvé par les laboratoires que 99% des produits toxiques ne sont plus éliminés 6 semaines après l’arrêt de la cigarette. Il a souligné, dans ce sens, que «la meilleure prévention du cancer de la vessie est d’éviter de fumer». Il a expliqué, également, que le cancer de la vessie pose des problèmes thérapeutiques même à un stade précoce, notant qu’il peut évoluer vers un cancer agressif. Justement, pour les personnes addicts à la cigarette, l’innovation a apporté des solutions telles que la cigarette électronique et le tabac chauffé, qui empêchent la libération de substances toxiques dans la vessie. Redouane Rabii a indiqué à cet effet que plusieurs pays, dont l’Angleterre, ont adopté ces méthodes qui se sont avérées efficaces dans la lutte contre le tabagisme et la réduction du risque de cancer. Regroupant des praticiens de diverses spécialités ainsi que des généralistes, cet événement scientifique, axé autour de sujets d’actualité en urologie, aborde des thématiques portant, notamment, sur «le cancer du rein», «la tumeur de la vessie», «la tumeur testiculaire», «la lithiase urinaire», «l’urogynécologie» et «la sexologie. Trois sommités scientifiques, en l’occurrence les Professeurs Anthony Attala, Alain le Duc et David Khayat prennent part à ce congrès international. Ces derniers ont présenté des exposés portant sur les applications de la thérapie par les cellules souches en urologie, l’histoire des calculs urinaires, le cancer et le tabagisme.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page