Maroc

Souss-Massa-Drâa : Constat d’échec du Contrat-programme régional

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Près de quatre ans après l’entérinement du Contrat-programme régional (CPR) pour le développement du tourisme dans la région Souss-Massa-Drâa, les opérateurs tapent du poing sur la table concernant le bilan d’étape des projets exécutés. Plusieurs chantiers accusent du retard par rapport aux délais fixés alors qu’aucun bilan et/ou évaluation officielle n’ont été effectués.


Le vendredi 18 octobre 2013, le Contrat-programme du tourisme de la région Souss-Massa-Drâa (ancien découpage régional) a été entériné en grande pompe à Agadir. Aujourd’hui, cette feuille de route censée développer le produit touristique de la région vient de boucler selon les opérateurs touristiques sa 4e année d’existence avec un bilan maigre. L’analyse de l’état d’avancement du portefeuille du CPR composé, rappelons-le, de 56 projets dont 12 structurants et 44 complémentaires est là pour en témoigner.

À l’exception de la nouvelle station touristique d’Imi Ouaddar dont les travaux ont été lancés avant même l’entérinement de cette feuille de route, en plus de Taghazout Bay où le parcours golfique et deux établissements touristiques sont actuellement opérationnels, les autres projets inscrits dans le cadre des autres programmes de la vision 2020 accusent toujours du retard. C’est le cas des éco-resorts prévus depuis des années dans les six sites identifiés à l’intérieur du parc national Souss-Massa au niveau de la province de Chtouka-Aït Baha. Le constat est le même pour la station de Tifnit, censée être réalisée en 2017 dans la même zone ainsi que de la station touristique d’Aghroud au nord d’Agadir.

Par ailleurs, le projet «Mansour Lac City» qui devrait être développé depuis 2015 aux abords du barrage El Mansour Eddahbi n’est toujours pas réalisé en plus de la cité des loisirs de Tama Ouanza dans la commune rurale d’Aourir. S’agissant des projets complémentaires dont la réalisation s’étend jusqu’en 2019, en dehors du lancement du parc à crocodiles dans la commune de Drarga, les autres projets peinent à sortir de terre. Il s’agit notamment de l’aménagement de la grotte Win-Timdouine, dans la commune rurale d’Idmine afin de positionner ce site comme patrimoine spéléologique. À cela s’ajoute le pôle d’animation Founty, attendu depuis plusieurs années dans la zone Founty. Ledit projet a déjà acquis son autorisation de construire mais sans démarrage effectif des travaux. D’autres projets complémentaires n’arrivent toujours pas à être accomplis ou sont en retard.

Parmi eux, le port de plaisance à Sidi Ifni, la station de Mirleft et le club Biladi à Ouarzazate en plus du jardin botanique à Talborjt ainsi que du circuit d’interprétation de l’histoire d’Agadir et de la création de maisons dites PAT (Pays d’accueil touristique) dans différents points de la région. En effet, c’est dans le cadre d’un autre programme intégré pour le développement du tourisme rural, baptisé «Qariati», que la Société marocaine de l’investissement touristique (SMIT) envisage avec le Conseil régional Souss-Massa de réaliser 67 projets appartenant au tourisme rural. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page