Maroc

Semaine africaine du climat : le Maroc en force à Libreville

Une importante délégation officielle est présente au Gabon, qui accueille la Semaine africaine du climat du lundi 29 août au vendredi 2 septembre. Coorganisée par les Nations unies et l’Union africaine, la rencontre de Libreville regroupe des dirigeants et représentants de la société civile. Selon l’ONU Climat, ce sommet est une «étape clé» avant la COP27, la Conférence des parties sur les changements climatiques prévue en novembre prochain en Égypte.

Les travaux de la Semaine africaine du climat ont débuté, lundi, dans la capitale gabonaise, Libreville, avec la participation de chefs d’État et de gouvernement, responsables et experts de plusieurs pays, dont le Maroc. Le Royaume est représenté à cet événement climatique d’envergure, coorganisé par les Nations unies et l’Union africaine, par la ministre de la Transition énergétique et du développement durable, Leïla Benali, et la ministre de l’Économie et des finances, Nadia Fettah Alaoui, mais également par des membres de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, notamment Nasma Jrondi et Zainab Rachdi, respectivement Experte Senior Air & Climat et chargée de programme au sein de ladite fondation. La cérémonie d’ouverture de l’événement s’est déroulée, lundi, sous la présidence du chef de l’État gabonais, Ali Bongo, en présence notamment de la Secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland. C’était l’occasion de rappeler l’objectif attribué à la rencontre. La Semaine africaine du climat s’assigne pour objectif d’adopter des propositions africaines pour la mise en œuvre des actions régionales concernant la lutte contre les changements climatiques. Elle se tient en prélude à la 27e Conférence des parties (COP27) en Égypte, et entend aboutir à la mise en œuvre des décisions prises lors de la COP26, à Glasgow (Écosse).

Discuter des solutions d’action climatique régionales….
Pendant quatre jours, représentants de gouvernement, dirigeants du secteur privé, organisations de développement, jeunes ainsi que membres de la société civile vont discuter des solutions d’action climatique régionales et forger des partenariats régionaux. Il s’agira, notamment, de définir la position des pays africains pour la COP27 prévue dans quelques mois, en matière de résilience face aux risques climatiques, de transition vers une économie à faibles émissions et de partenariats pour résoudre les défis urgents. A signaler que l’événement, organisé par ONU Climat en collaboration avec les partenaires mondiaux Programme des Nations unies pour le développement, Programme des Nations unies pour l’environnement et le Groupe de la Banque mondiale et les partenaires de la région qui comprennent l’Union africaine, la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (UNECA), est une recommandation internationale qui érige la collaboration régionale comme un moteur du progrès mondial.

… à proposer à la COP 27, en novembre, en Égypte
Le Pacte de Glasgow pour le climat convenu lors de la COP 26 a d’ailleurs reconnu les Semaines climatiques régionales comme une plateforme permettant aux gouvernements et aux parties prenantes de renforcer une réponse crédible et durable au changement climatique. Ainsi, la Semaine, qui se poursuivra jusqu’au 2 août, engagera les parties prenantes et renforcera les actions climatiques des partenaires dans les pays, les communautés et les économies.

Ces derniers ont compris que travailler ensemble ouvre la possibilité de faire progresser l’action climatique, de s’attaquer aux inégalités sociales et d’investir dans un développement qui est bon pour l’humanité et la nature. A signaler aussi que le choix du Gabon pour accueillir cette Semaine africaine du climat n’est pas un hasard. Situé en plein cœur de la forêt tropicale d’Afrique centrale, le pays est souvent cité pour son combat pour préserver sa biodiversité, au moment où le continent est confronté à des épisodes climatiques extrêmes, notamment la sécheresse dans la Corne de l’Afrique, les températures élevées en Afrique du Nord, les inondations au Niger, au Soudan et au Tchad…

Sami Nemli / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page