Maroc

Sahara marocain : Vers une sortie de crise ?

 

L’émissaire de l’ONU au Sahara, Horst Kohler, réunit mercredi et jeudi à Genève le Maroc, le Front Polisario, l’Algérie et la Mauritanie pour une «table ronde initiale», avec l’espoir de relancer les négociations autour du Sahara, au point mort depuis 2012. «Il est temps d’ouvrir un nouveau chapitre dans le processus politique», souligne la lettre d’invitation adressée en octobre par Horst Kohler. En charge du dossier depuis 2017, l’ex-président allemand Horst Kohler a déjà rencontré plusieurs fois, mais séparément, les différentes parties, notamment lors d’une tournée régionale.

Ses efforts ont permis d’asseoir à la même table le Maroc, le Polisario, l’Algérie et la Mauritanie, même si le format de la réunion ne fait pas l’unanimité parmi les invités: Alger assure venir en tant que «pays observateur» alors que Rabat considère son voisin comme «partie prenante». Une position somme toute incohérente au vu de l’appui logistique, financier, et militaire que procure l’Algérie aux séparatistes.

L’ordre du jour reste néanmoins très vague: «situation actuelle, intégration régionale, prochaines étapes du processus politique», selon cette note.

L’approche est de ne pas mettre « trop de pressions et d’attentes » sur cette première rencontre, considérée plutôt comme un « échauffement » visant à « rompre la glace », décrypte une source diplomatique pour l’AFP.  Partisan d’une solution politique «durable» marquée par un «esprit de compromis», le Maroc ne transigera toutefois pas sur son intégrité territoriale et sur la marocanité du Sahara, comme l’a récemment rappelé le roi Mohammed VI.

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page