Maroc

Résultats 2015 : Timar s’attend à un déficit

La société subit, de plein fouet, la conjoncture économique terne sur les deux rives, marocaine et européenne, et prévoit des résultats plus faibles que ceux annoncés en mars dernier.

Le spécialiste d’affrètement et de transport routier n’est pas sorti de l’auberge ! À l’image de l’exercice précédent, Timar annonce un profit warning sur ses résultats de 2015, mais à une différence près. Si en 2014, la société affichait des résultats en berne, en raison de sa filiale MTS, en 2015 elle serait déficitaire en raison de MTS et la notification définitive du contrôle fiscal. En effet, le management précise que la société devrait s’acquitter de 10 MDH, au titre du montant du redressement fiscal, pénalités et frais additionnels d’accompagnement. Quant à MTS, le management explique que «les négociations avec d’éventuels repreneurs prennent plus de temps que prévu et le management ne pourra pas conclure d’accord avant la fin de cette année». En conséquence l’entreprise comptabilisera une provision supérieure aux provisions initiales de 6 MDH, prévues dans la note d’information visée en mars 2015.


Une situation prévisible
La dégradation de la situation était prévisible depuis le premier semestre de 2015. Déjà l’entreprise affichait un chiffre d’affaires en baisse de 8% et un résultat net en repli de 46,33%. L’entreprise annonçait justement qu’à fin 2015, l’activité devrait continuer à être impactée par la conjoncture du secteur. Celle-ci, était marquée par le ralentissement de l’activité des projets industriels de l’Oil & Gas, l’implantation en propre de Panalpina sur le marché national. Cet opérateur est partenaire en aérien et maritime de Timar et il n’a pas encore été remplacé par un ou plusieurs autres réseaux. Par ailleurs, si le premier semestre était annonciateur d’une mauvaise posture, la seconde moitié de l’année a été marquée par le redressement significatif de l’activité des projets industriels, une bonne résistance, dans un environnement difficile, de l’activité de commissionnaire en transport routier qui demeure la principale source de valeur ajoutée de l’entreprise, le maintien du niveau d’activité et des investissements dans la logistique ainsi que le transit et l’aérien mais une baisse importante des volumes d’activité dans le maritime. De même, les autres filiales de Timar se portent bien et devraient afficher des résultats en hausse. 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page