Maroc

Reprise post Covid : Laâyoune-Sakia El Hamra donne l’exemple

De part sa position centrale parmi les trois régions sahariennes, Laâyoune-Sakia El Hamra a pu maintenir ses indicateurs au vert, durant la crise sanitaire, s’affirmant davantage encore en tant que ville de liaison avec le continent.

Au fil des années, la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra confirme son statut de point nodal des provinces du Sud, et continue, de ce fait, de tirer profit de la forte cadence de réalisation des grands projets d’infrastructures qui y ont été lancés. En effet, la région a su montrer, lors de la crise sanitaire, une capacité d’adaptation qui lui a permis de traverser cette période difficile de manière honorable. Il faut dire que son économie, qui repose essentiellement sur le secteur de la pêche, a permis au port de Laâyoune de figurer, encore une fois, parmi les principaux contributeurs au trafic national des marchandises, et ce à hauteur de 5%. La lutte contre l’impact de la pandémie a permis aussi de confirmer le constat que la région regorge d’une multitude d’atouts de développement, notamment les gisements de phosphates et des potentiels, tant touristique qu’énergétique, à la fois éolien et solaire. La Région de Laâyoune-Sakia el Hamra a connu, particulièrement ces deux dernières années, la conception et le lancement d’une série de projets et de programmes multisectoriels, tels le développement et la modernisation des infrastructures, les projets routiers, les opérations de reboisement, la création d’espaces sportifs et culturels et enfin la promotion de l’entrepreneuriat. De grands espoirs sont, également, placés dans le secteur touristique, appelé à jouer un rôle majeur, aussi bien concernant le produit balnéaire que le tourisme de désert ou les niches culturelles et écologiques.


Les mesures de reprise
À l’instar des autres régions du pays, celle de Laâyoune-Sakia El Hamra mise sur la réussite du plan de relance qui sera établi par le nouveau Conseil régional, en concertation avec toutes les composantes élues au sein des Conseils communaux. Il s’agit, en effet, d’une série d’actions qui seront appuyés par le budget de l’État en vue de parachever les projets en cours, et de concrétiser ceux qui sont prévus par la loi de Finances 2022. L’enjeu d’une reprise réussie reste, par conséquent, primordial dans la feuille de route qui a été établie, essentiellement pour les services qui représentent le 2e secteur employeur de la région. L’action des pouvoirs publics portera, également, sur l’encouragement de l’entrepreneuriat, à travers la relance du programme «Intelaka», qui devrait bénéficier d’une nouvelle dynamique en faveur des TPME opérant dans l’export vers l’Afrique, avec la mise en place de mécanismes de garantie pour assouplir leur accès au financement. La poursuite de la réalisation de la Voix Express Tiznit-Laâyoune et le renforcement de la liaison Laâyoune-Dakhla, dont l’état d’avancement dépasse 60%, figurent, également, dans l’agenda des projets prévus lors de cette étape.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO Docs

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page