Maroc

Regards vers le futur: L’institut CDG fait le bilan de 2020 (VIDEO)

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Malgré une année 2020 marquée par la crise de la covid-19, l’institut CDG a poursuivi son cycle de conférences « Regards vers le futur » dont l’objectif est de débattre de thématiques d’actualités. Cette année, en raison de la pandémie, l’institut CDG s’est adapté et a tenu ces débats en mode virtuel. Ce sont ainsi 9 webinaires qui ont eu lieu sous des thèmes différents.

L’institut CDG a poursuivi, en 2020, son cycle de conférence intitulé « Regards vers le futur » qu’il organise depuis 2018. Le but de ces conférences : débattre autour de problématiques d’actualité et proposer une exploration des tendances qui façonneront le futur et le développement de vues prospectives de long terme, souligne l’institut CGD. Dans ce cadre, neuf webinaires ont eu lieu durant cette année avec la participation de plusieurs intervenants étrangers et marocains qui ont échangé sur les différentes thématiques abordées. Aussi, l’institut CDG a-t-il rédigé une synthèse des messages clés retenus de ces neuf webinaires sur des thèmes aussi intéressants les uns que les autres.


Le digital gagne du terrain

Lors du premier webinaire sous le thème « L’entreprise de demain sera digitale », les cinq intervenants invités se sont accordés pour faire ce constat : « aujourd’hui, le digital n’est plus une option pour l’entreprise mais devient incontournable pour son développement ». En effet, ils estiment que les avancées technologiques ont bouleversé les habitudes, poussant ainsi les entreprises à modifier leur façon de faire et d’adopter des stratégies dans lesquelles le digital a une place importante. D’ailleurs, Saloua Karkri Belkeziz, présidente de GFI Afrique, intervenant à ce webinaire définira la transformation digitale comme « la transformation de process et d’organisation, qui s’appuie sur les outils digitaux ».

L’IA au cœur des mutations

Dans un autre webinaire tenu sous le thème : « peut-on faire confiance à l’intelligence artificielle ? », les intervenants font le constat suivant : « l’intelligence artificielle est au cœur des mutations que connait la société et sert de support à un grand nombre d’activités récurrentes de la vie quotidienne ». Se voulant rassurant concernant les craintes des pertes d’emploi, Tariq Daouda, PhD, Research fellow – Massachusetts General Hospital, Broad Institute, Harvard Medical school, souligne : « le paysage de l’emploi va changer, des nouveaux emplois vont se créer et d’autres vont disparaitre, c’est l’évolution à chaque fois qu’une nouvelle technologie apparaît ». Et Rachid Guerraoui, Professeur, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, d’ajouter : « l’intelligence artificielle n’est pas l’apanage des pays riches et il est important pour le Maroc, qui mise beaucoup sur la délocalisation, de surfer sur la vague de l’IA, au risque de rater le virage industriel ».

La finance verte pour relancer la croissance économique

« La finance verte, un levier pour relancer la croissance économique », tel était le thème du troisième webinaire qui s’est tenu en octobre 2020 avec la participation de quatre intervenants. Pour les participants à ce webinaire, la crise de la covid-19 a été l’occasion de reconstruire une économie mondiale plus égalitaire et plus durable, allant bien au-delà du financement de la transition énergétique et la transformation des modèles de chaînes d’approvisionnement. Ils estiment que cela « permettrait de développer un monde bas carbone, plus équilibré mais aussi plus juste et idéalement plus résilient ». Pour Hamid Tawfiki, administrateur directeur général de CDG Capital, « la finance verte est celle qui est consciente de son rôle dans l’économie, dans l’impact à avoir sur la société. La finance verte n’est pas un simple intervenant, mais avec ses différents prénoms, elle se présente sous plusieurs formes, imbriquées et interdépendantes, comme des poupées russes ». En outre, les intervenants soulignent que le financement ne constitue pas le seul élément contribuant à la transformation économique et financière, soulignant qu’ « un changement de mentalité, de comportements et de priorités chez l’ensemble des acteurs est nécessaire mais aussi la mise en place de normes et des réglementations avec des politiques d’incitation ».

Du rôle de l’éducation dans la société

Le système éducatif national a également fait l’objet d’un webinaire sous le thème : « pour une vision plus dynamique du rôle de l’éducation, de nouvelles compétences pour un monde complexe ». Pour Mohamed Soual, président de l’association pour l’enseignement d’excellence et chef économiste du groupe OCP, l’école « constitue un élément fondamental du vivre ensemble et de la cohésion nationale, elle est le lieu de socialisation tout au long de la vie ». Ce webinaire, riche en échanges constructifs, a permis aux intervenants de partager leur vision sur l’éducation et le rôle que celle-ci doit jouer dans la société. Pour les intervenants, la question de l’éducation demeure l’épine dorsale de la société et donc tout changement du système éducatif devra d’abord passer par un changement profond de l’école. Du reste, cinq autres webinaires sous divers autres thèmes tels que les effets de la pandémie sur l’industrie de l’énergie, l’économie circulaire, la gestion des déchets, la mobilité et la politique sanitaire ont également eu lieu durant l’année écoulée. Au total, une quarantaine d’intervenants ont pris part à ces débats.

Mariama Ndoye

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page