Maroc

Rabat-Salé-Kénitra : une offre de près d’un million d’ovins et de caprins pour l’Aïd Al Adha

La disponibilité couvre largement la demande de la Région, souligne la Direction régionale de l’agriculture. L’état sanitaire de ce cheptel est jugé «très satisfaisant».

En prévision de la fête du sacrifice, la Direction régionale de l’agriculture (DRA) rassure sur l’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage. La disponibilité s’élève ainsi à près d’un million de têtes, couvrant largement la demande de la Région. L’offre est répartie sur les provinces et préfectures de Khémisset (408.500 têtes), Sidi Kacem (144.000 têtes), Témara (175.000 têtes), Kénitra (112.000 têtes), Sidi Slimane (90.000 têtes), Salé (40.000 têtes) et Rabat (40.000 têtes). D’après la DRA, le processus d’identification des animaux destinés à l’abattage s’achève au cours de cette semaine.


Dans ce cadre, la Direction régionale qualifie de «très satisfaisant» l’état sanitaire des ovins et caprins proposés au niveau des points de vente de la région, grâce aux différents programmes de surveillance continue et aux campagnes de vaccination contre les maladies contagieuses et celles à incidence économique, menées par les services vétérinaires de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

Afin de faciliter la commercialisation des animaux dans des conditions appropriées, 6 sites ont été identifiés dans les grandes agglomérations de la région et équipés en souks pilotes, répondant à un cahier de charges qui spécifie les conditions techniques et sanitaires, précise la même source, ajoutant que la commercialisation comprend également plus de 50 souks hebdomadaires en milieux urbain et rural, répartis entre les différentes provinces et préfectures de la région.

En ce qui concerne les prix, la DRA estime qu’ils peuvent être considérés comme normaux et répondent aux capacités d’achat des citoyens. Ils commencent à partir de 800 dirhams, grâce à l’abondance de l’offre, sachant que les prix varient selon la race, la qualité et l’état d’engraissement ainsi que l’origine des animaux, le lieu de vente et selon l’offre et la demande.

Par ailleurs, la DRA souligne dans un communiqué que ses services travaillent en coordination avec tous les partenaires au niveau de la région, conformément à la stratégie du ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, pour s’assurer que les transactions commerciales des animaux destinés au sacrifice, se déroulent dans les meilleures conditions organisationnelles et sanitaires.

Sami Nemli / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page